Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bonjour !

  • : Ma p'tite chanson
  • Ma p'tite chanson
  • : La chanson fait partie de notre vie. Elle accompagne notre quotidien, nos joies, nos peines... Peut-être apprendrez-vous quelque chose en parcourant ce blog. J'attends vos commentaires pour découvrir certains aspects de la chanson que je ne connais pas. A bientôt !
  • Contact

Osez !

En vous inscrivant à la newsletter, vous ne courez qu'un risque : celui d'être informé dès la parution d'un nouvel article !

C'est Où ?

Télérama - Musique

12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 11:14

Du spectacle vivant aujourd'hui ! Le groupe Karpatt  nous parle d'Achille. Et tout cela dans la bonne humeur.


Bonne fête aux Achille !

 

 


Achille était catcheur,
Une force de la nature,
Une montagne de muscles,
De muscles et de tendons.
Il avait sur le torse,
En guise d'encolure,
Une guirlande tatouée
Avec les lettres d'un prénom.
Une guirlande tatouée
Avec les lettres d'un prénom.

Nul ne savait de qui

Il pouvait bien s'agir.
Personne Ô grand jamais
N'abordait le sujet
Car tout le monde savait
Qu'il n'y avait rien de pire
Pour énerver Achille
Que de reluquer son collier (bis)

Les femmes se battaient

Devant sa caravane
A celle qui aurait
Les faveurs d'une nuit.
A celle qui saurait
User de tant de charmes
Pour percer son secret
Une fois endormi.

Mais Achille était fort,

Il en prenait des louches
De ces Esmeraldas
Prétentieuses en fait
Qui finissaient la nuit
Empaquées sous sa couche
Le corps fourbu, l'anus brûlant
Et le sourire niais. (bis)

Elles rêvaient chacune

D'être cet épitaphe
Gravé sur le colosse
Qui ne les regardait pas
Il écoutait Mozart
Quand ces furies en masse
Se ruaient gueule ouverte
En l'appelant "Papa". (bis)

Achille est mort hier

Et j'ai ouvert la lettre
Qu'il m'avait adressée
En tant que croquemort:
"Je n'ai nul descendant
Et rien à dire au prêtre,
Rien à dire à ces femmes
Qui vont pleurer ma mort

Monsieur qui me verrez

Sous la moindre couture,
Vous qui allez déchiffrer,
Tel un Champollion,
Ce que toute ma vie
Mes maîtresses ne surent,
J'en appelle au secret
De votre profession. (bis)

Veuillez garder pour vous

Ce que vous allez lire.
Je serais au regret
Si vous ne le faisiez
De venir avec soin
Hanter vos nuits à venir.
Soyez muet comme ma tombe
Et je vous laisserai en paix". (bis)

Désormais les donzelles

Viennent me visiter
Dans ma petite cabane
A l'entrée du cimetière.
Elles essaient de me tirer
Tirer les vers du nez.
Je leur accorde alors
Des confidences particulières.

Si vous écoutez la chanson,

Je suis vraiment désolé.
Je sais effectivement
Ce que disait le tatouage.
Mais je me garderai
Bien de révéler
La vraie sexualité
Du défunt personnage. (bis)

dans-le-caillou.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires