Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bonjour !

  • : Ma p'tite chanson
  • Ma p'tite chanson
  • : La chanson fait partie de notre vie. Elle accompagne notre quotidien, nos joies, nos peines... Peut-être apprendrez-vous quelque chose en parcourant ce blog. J'attends vos commentaires pour découvrir certains aspects de la chanson que je ne connais pas. A bientôt !
  • Contact

Osez !

En vous inscrivant à la newsletter, vous ne courez qu'un risque : celui d'être informé dès la parution d'un nouvel article !

C'est Où ?

Télérama - Musique

3 août 2010 2 03 /08 /août /2010 10:57

 Mais nous sommes déjà en août. Un mois qui a inspiré nombre de chansons. Pour illustrer ce mois, Higelin, du grand Higelin, généreux, flamboyant, comme on l'aime.

coup-de-foudre.jpg

Une chanson ? Que dis-je ? Une fresque... extraite de son dernier album : 

 

 

 

Week-end du quinze août
Raz-d' marée migratoire
Ruée dans les embout's
Plongée kamikaze dans les gaz
Toxiques
Avalanche de scoops
Alerte orange, alerte rouge
C'est la pagaille, le foutoir
La panique
Le carnage, la cata, l'hécatombe
Le souk

En attendant qu' ça s' tasse
Moi, Jacko de Pantin
Les tongs dans la piscine, j' me récure le citron
En suçant les glaçons de mon bourbon-grenadine
Et puis j' me casse
À fond la caisse
Évacuer mes toxines et liquider mon stress
Au café des remparts de
Gourdon

Gourdon
Alpes-Maritimes
Dont le donjon culmine
À deux mille cinq cents pieds
Du niveau de la mer
Méditerranée
C'est le mois d'août
Le mois où moi, j' doute
De toi, de moi, de nous
Le mois où moi, j' doute
De tout
Moi l' doute
Le mois où moi, j' doute
De l'amour
Sold-out
De l'amour
Black-out
De l'amour
Août
Put

Soleil de plomb, parking bondé, 
Déflagrations caniculaires
Après dix tours de giratoire
J' taille un créneau en marche arrière
Entre deux cars teutons
Vomissant leur croisière
De grabataires
Déshydratés

Et puis
Attaqué par un frelon
Je gicle de mon van en panne de clim'
Et me rétame de tout mon long
En plein cagnard
Au bord du malaise
Dans une flaque de goudron
Où deux lézards obèses
Baisent, peinards, dans la fournaise
Au pied des remparts de
Gourdon

Come on, come on, come one, come on !
Cris de folie

Et puis, soudain
Soudain
Désinhibé du vertige
Et de la peur du vide
J'enjambe le garde-fou
Et, déployant mes bras
Comme l'aigle noir ses ailes, 
Je m'élance
Dans les courants limpides
Des remparts de Gourdon
Vers les côtes armoricaines
Où ma mouette échouée
Sur l'étrave éventrée
D'un tanker géant
Attend
Solitaire
Que je l'arrache à ses pensées
Engluées dans la marée
De ses idées
Noires

De ses idées
Noires

C'est le mois d'août
Le mois où moi, j' doute
De toi, de moi, de nous
Le mois où moi, j' doute
De tout

Ce mois d'été
Qui, sans nul doute
Eut été, pour nous, si doux
Si on n' s'était mis, tout à coup
À douter de l'amour
Sold-out
Douter de l'amour
Black-out
À douter de l'amour
Août
Put

Partager cet article

Repost 0

commentaires

willycatj'a 04/08/2010 19:06


j'ai jamais accroché avec Higelin mais je suis un piètre connaisseur.