Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bonjour !

  • : Ma p'tite chanson
  • Ma p'tite chanson
  • : La chanson fait partie de notre vie. Elle accompagne notre quotidien, nos joies, nos peines... Peut-être apprendrez-vous quelque chose en parcourant ce blog. J'attends vos commentaires pour découvrir certains aspects de la chanson que je ne connais pas. A bientôt !
  • Contact

Osez !

En vous inscrivant à la newsletter, vous ne courez qu'un risque : celui d'être informé dès la parution d'un nouvel article !

C'est Où ?

Télérama - Musique

10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 09:11

botrel_couteau_le.jpg

 

En écoutant les actualités ces temps-ci, je pense que nos "responsables" politiques seraient bien inspirés de venir visiter mon blog aujourd'hui pour réécouter cette chanson de Théodore Botrel.

 

00955354-photo-pochette-theodore-botrel-et-ses-interpretes

 

 

 

Pardon, monsieur le métayer 
Si de nuit je dérange, 
Mais je voudrais bien sommeiller 
Au fond de votre grange ? 
Mon pauvre ami, la grange est pleine 
Du blé de la moisson, 
Donne-toi donc plutôt la peine 
D'entrer dans la maison ! 

Mon bon Monsieur, je suis trop gueux, 
Quel gâchis vous ferais-je ! 
Je suis pieds nus, sale et boueux 
Et tout couvert de neige ! 
Mon pauvre ami, quitte bien vite 
Tes hardes en lambeaux : 
Pouille-moi ce tricot, de suite 
Chausse-moi ces sabots ! 

De tant marcher à l'abandon 
J'ai la gorge bien sèche, 
Mon bon monsieur, baillez-moi donc 
Un grand verre d'eau fraîche ! 
L'eau ne vaut rien lorsque l'on tremble, 
Le cidre... guère mieux : 
Mon bon ami, trinquons ensemble, 
Goûte moi ce vin vieux ! 

Mon bon monsieur, on ne m'a rien 
Jeté le long des routes, 
Je voudrais avec votre chien 
Partager deux, trois croûtes ! 
Si depuis ce matin tu rôdes, 

Tu dois être affâmé 
Voici du pain, des crêpes chaudes, 
Voici du lard fumé ! 

Chassez du coin de votre feu 
Ce rôdeur qui ne bouge. 
Etes-vous "Blanc" ? Etes-vous "Bleu" ? 
Moi, je suis plutôt "Rouge" ! 
Qu'importent ces mots : République, 
Commune ou Royauté" : 
Ne mêlons pas la Politique 
Avec la charité ! 

Puis, le métayer s'endormit, 
La minuit étant proche. 
Alors, le vagabond sortit 
Son couteau de sa poche. 
L'ouvrit, le fit luire à la flamme, 
Puis, se dressant soudain, 
Il planta sa terrible lame 
Dans... la miche de pain ! 

Au matin-jour le gueux s'en fut 
Sans vouloir rien entendre 
Oubliant son couteau pointu 
Au milieu du pain tendre : 
Vous dormirez en paix, ô riches ! 
Vous et vos capitaux, 
Tant que les gueux auront des miches 
Où planter leurs couteaux !!!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

R.E. 12/11/2011 20:35



Je viens de découvrir cette chanson grâce à la chanteuse du duo Arlt, Eloise Decazes, qui l'a reprise avec le bassiste François Puyalto. Une très belle version qu'on peut écouter ici :
http://www.myspace.com/eloisedecazesetfrancoispuyalto



Pierrot 17/11/2011 08:11



Merci pour ces précisions. Merci de nous avoir fait découvrir ces artistes que je ne connaissais pas.



Louly 10/05/2010 19:14


Comme tous les petits enfants, avec ma soeur nous adorions les histoires qui faisaient peur et nous demandions souvent à notre Mémé de nous chanter celle-ci et nous attendions tjrs la fin avec
impatience...C'était il y a longtemps... longtemps...
Merci Pierre