Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bonjour !

  • : Ma p'tite chanson
  • Ma p'tite chanson
  • : La chanson fait partie de notre vie. Elle accompagne notre quotidien, nos joies, nos peines... Peut-être apprendrez-vous quelque chose en parcourant ce blog. J'attends vos commentaires pour découvrir certains aspects de la chanson que je ne connais pas. A bientôt !
  • Contact

Osez !

En vous inscrivant à la newsletter, vous ne courez qu'un risque : celui d'être informé dès la parution d'un nouvel article !

C'est Où ?

Télérama - Musique

23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 08:25

Bonne fête aux Clément ! Aujourd'hui, il s'agit d'un patronyme et non d'un prénom.

Jean-Baptiste Clément (1836-1903) est un auteur qui publie ses premières chansons en 1859. Dans son oeuvre, il introduit des scènes villageoises. Ainsi, parmi ses textes, l'un connaîtra la gloire : Le Temps des cerises.

Ici, Michel Fugain évoque cet auteur dans une de ses chansons de ses débuts.



Les cerises de monsieur Clément
envoyé par caenphx. - Regardez d'autres vidéos de musique.


Paroles : M. Vidalin Musique : M. Fugain

 
Un certain Clément Jean Baptiste
Qui habitait rue Saint-Vincent
Voulant écrire un compliment
Trempa sa plume dans le sang
Qu’elles étaient rouges les cerises
Que nous chantait Monsieur Clément
 
C’était plus beau qu’un Evangile
C’était des mots de maintenant
Mais il faudrait que nos enfants
N’attendent pas comme on attend
Qu’elles mûrissent les cerises
Que nous chantait Monsieur Clément
 
Bien sûr c’est difficile
De mourir quand on a vingt ans
Mais pour quelques cerises
Que ne ferait-on au printemps
 
De République en République
Toujours cocu toujours content
On applaudit les bons truands
Au ventre rond au ventre blanc
Qui nous revendent les cerises
Qu’avait rêvé Monsieur Clément
 
Tous ces pontifes des églises
Tous ces suiveurs de régiments
Voudront nous manger tout vivant
Mais ils se casseront les dents
Sur les noyaux de ces cerises
Du verger de Monsieur Clément
 
Bien sûr c’est difficile
De mourir quand on a vingt ans
Mais pour quelques cerises
Que ne ferait-on au printemps

Partager cet article

Repost 0

commentaires