Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bonjour !

  • : Ma p'tite chanson
  • Ma p'tite chanson
  • : La chanson fait partie de notre vie. Elle accompagne notre quotidien, nos joies, nos peines... Peut-être apprendrez-vous quelque chose en parcourant ce blog. J'attends vos commentaires pour découvrir certains aspects de la chanson que je ne connais pas. A bientôt !
  • Contact

Osez !

En vous inscrivant à la newsletter, vous ne courez qu'un risque : celui d'être informé dès la parution d'un nouvel article !

C'est Où ?

Télérama - Musique

16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 06:41

Hier soir, au théâtre Edwige Feuillère, à Vesoul, Nicolas Fraissinet se produisait en première partie d'Anna Prucnal.

Prestation sans faute.

Sobre mais très belle mise en espace des instruments (batterie, guitare d'accompagnement, basse, piano). Des musiciens sympathiques dont l'attitude "trahissait" le plaisir de jouer ensemble. Et puis Nicolas Fraissinet !... Excellent pianiste ! Il sait aussi très bien jouer de sa voix, parfaitement juste et maîtrisée dans tous les registres. Et pour ne rien gâcher, il est bigrement sympathique lui aussi. Simplicité, gentillesse, talent : les marques d'un vrai talent.

Franchement, il maîtrise tout ! Je suis fan.

 


Nicolas Fraissinet le pingouin
envoyé par azioth. - Regardez plus de clips, en HD !

e suis un petit pingouin
Ma banquise est très loin
Tout seul, je prends mon bain
Dans l'immense piscine
Océane et saline

Je suis un petit pingouin
Qui n'a rien, qui n'a rien
Je n'aurai pas de bambin
Enfin, j'imagine, 
Entouré de pingouines

Je voulais tant me dire

Que mon avenir
M'amènerait un navire
Je voulais tant partir
De mon si pauvre empire
Pour ne pas y moisir
C'est mon seul désir

Je suis un petit pingouin
De banquise en bassin
Tout seul, j'ai du chagrin
Je me fais la cuisine
Il n'y a que des sardines

Je suis un petit pingouin
Qui n'a pas de béguin
Je n'ai même pas de copain
Ma banquise est trop fine
Pour que d'autres y butinent

Un jour, je pris les devants
Me croyant assez grand
Au dos d'un requin blanc
Qui me parut très endurant
Mais je n'avais pas vu ses dents

J'étais un petit pingouin
Qui voulait être conjoint
Mais les seuls témoins
De mes humeurs câlines
Furent cinquante canines

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Pierrot - dans A (re)découvrir
commenter cet article

commentaires