Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bonjour !

  • : Ma p'tite chanson
  • Ma p'tite chanson
  • : La chanson fait partie de notre vie. Elle accompagne notre quotidien, nos joies, nos peines... Peut-être apprendrez-vous quelque chose en parcourant ce blog. J'attends vos commentaires pour découvrir certains aspects de la chanson que je ne connais pas. A bientôt !
  • Contact

Osez !

En vous inscrivant à la newsletter, vous ne courez qu'un risque : celui d'être informé dès la parution d'un nouvel article !

C'est Où ?

Télérama - Musique

15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 08:32
Parti quelques jours à la neige, j'ai décidé d'assurer cependant un "service minimum".
Pendant dix jours, je vais flemmarder.
Beaucoup de chansons ont traité le sujet de la paresse, du farniente, de la "glandouille"...

Aldebert.jpg

Aujourd'hui, c'est Aldebert qui nous en parle dans "La méthode Couette"



L'oiseau oisif que je suis a fait de son lit le nid
J'annonce aux fainéants fidèles la bonne nouvelle
Elle est tombée d'une branche hier comme un fruit
Il est né le divin divan débranchez les réveils !
Moi qui croyais comme tout le monde que le travail c'est la santé
Je milite aujourd'hui au parti du moindre effort
Je crie : "Liberté farniente immobilité !"
J'ai remplacé le poil de ma main par un sycomore

Pour vivre heureux, vivons couchés
Sur le dos, allongés, prolongés

Cloué
Au pieu par le poids du bois qui pousse dans ma paume
Je donne des signes extérieurs de paresse
En repoussant toujours tout au lendemain je chante, je chôme
J'applique à la lettre, la méthode couette
A Dijon où j'avais mené la guerre à la flemme
J'aimais entendre l'adjudant m'hurler dans les oreilles : "REPOS !"
Dix mois passés dans une base aérienne
Pour apprendre à faire un hamac avec le drapeau !

Pour vivre heureux, vivons couchés
Sur le dos, allongés, méditer

Quand malgré tout j'arrive encore à me lever
A faire un dernier effort pour aller travailler
Le dieu des songes fils du sommeil et de la nuit
Se penche à mon oreille et me dit :
"C'est moi Morphée, ton mentor attitré
A toi le descendant du bienheureux Alexandre,
Je suis descendu des cieux pour te mettre la puce à l'oreiller
Car tout vient à point à qui sait se détendre."
C'est vrai j'ai vécu longtemps comme un mouton dans la honte
A ne pas produire assez, à me laisser aller
Mais aujourd'hui les moutons c'est moi qui les compte
Et les stakhanovistes je les laisse râler !

Pour vivre heureux, vivons couchés
Sur le dos, allongés, prolongés
Pour vivre heureux, vivons couchés
Sur le dos, allongés, l'apogée ! 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Isabelle 15/02/2010 10:10


Il est vrai qu'en ce moment, on est bien au chaud sous la couette. Gros bisous. Isabelle