Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bonjour !

  • : Ma p'tite chanson
  • Ma p'tite chanson
  • : La chanson fait partie de notre vie. Elle accompagne notre quotidien, nos joies, nos peines... Peut-être apprendrez-vous quelque chose en parcourant ce blog. J'attends vos commentaires pour découvrir certains aspects de la chanson que je ne connais pas. A bientôt !
  • Contact

Osez !

En vous inscrivant à la newsletter, vous ne courez qu'un risque : celui d'être informé dès la parution d'un nouvel article !

C'est Où ?

Télérama - Musique

7 octobre 2012 7 07 /10 /octobre /2012 20:25

Dans cette chanson, Catherine Sauvage rend hommage à Charles Trenet "Le grand Monsieur blond".

 

La musique de cette chanson a été composée par Oswald d'Andréa, compositeur et pianiste qui pendant de longues années côtoya Georges Brassens. Il était le pianiste accompagnateur des artistes se produisant en premières parties de Georges. Entre autres, Christine Sèvres, Bobby Lapointe...

Son parcours musical est tout à fait impressionnant, ponctué notamment par les musiques de films "Capitaine Conan" et "La vie et rien d'autre" pour lequel il reçut un César.Il le relate ce parcours dans un livre remarquable :

 

410001463-diffusion.jpg

 

Les paroles de cette chanson ont été écrites par François Robert.

Elle est interprétée par Catherine Sauvage qui collabora plusieurs années avec Oswald d'Andréa.

 

Oswald d'Andréa présente cette chanson dans l'émission "Etonnez-moi, Benoît !" de B. Dutertre (France Musique, 2010).

 

 

 

Ecoutons maintenant Catherine Sauvage.


 

Quand j'étais enfant un grand monsieur blond
Faisait découvrir aux petits garçons
Aux petites filles et aux épicières
Que dans une noix se cachait la terre
C'était un fantôme, un fantôme blond
Un fantôme bleu avec des chansons
Qui parlait d'esprits et de vieilles mortes
Et de trains dans la nuit grattant à sa porte.
Son papa piquait, sa maman cousait
Deux grandes culottes en tissu anglais
Qu'il mettait pour faire le tour de la terre
Au clair de la lune avec sa grand-mère.
Il chantait la nuit, il chantait le jour,
Il mangeait du riz, il parlait d'amour
A une marquise en vieille dentelle,
Puis il se pendait avec une ficelle.
Ma peur était tendre à ces tragédies
Car dans un mot joyeux fit taire la vie
Héritant d'un vieux marchand de fromage
On le retrouvait mangeant son potage.

Lorsque j'eus vingt ans surgit un beau jour
Les poches gonflées de chansons d'amour,
De pommes soufflées et de mots magiques
Le grand monsieur bleu rentrant d'Amérique.
Revoyant Paris, un séjour d'un mois,
Il retrouvait tous ses anciens émois :
La folle complainte, tendre et monotone
Faisait frissonner nos anciens automnes
Et tous les poètes rien qu'en l'entendant,
Suspendaient leur plume avec l'air du temps.
La France était douce et Paris champêtre
Quand il les chantait, là de sa fenêtre,
d'en haut naturellement,
Oh ! avec monsieur Rieudemont il regardait passer les trains
A Narbonne, bien sûr !
Et ses amours fraîches comme la pluie
Parlaient tendrement au coeur des minuits
Elles disaient au coeur de Mamzelle la Plante :
  "C'est le printemps chérie, soyez bien contente ! "

 

3259130172065.jpg


Sur un bateau blanc voguant vers les cieux
Derrière son hublot, le grand monsieur bleu
Bavardait avec l'océan sauvage
Et rafistolait tous les paysages.
La jolie sardane pour mes trente années
Le grand monsieur blond me la fit danser,
Parlant à mi-voix de sa tendre enfance
Et des sources bleues du temps des vacances.
Il cachait parfois dans un vieux piano
La nouvelle année avec ses cadeaux,
Le roi Dagobert avec une actrice
Du Théâtre Français fuyant la police,
S'y cachait aussi pour que son amour
Reste incognito jusqu'au point du jour.
Ce piano gardien des coeurs du bel âge
Dormait tout l'hiver au bord d'une plage
Et tous les étés au jardin anglais
Sur ses dents d'ivoire, sur ses dents de jais
Résonnaient gaiement jusqu'à la nuit brune
Des refrains tout bleus au clair de la lune,
Des airs de folies, des chansons d'amour
Et tout ça, tout ça pour

Un serpent python piteux
Une grenouille et deux grands boufs,
Une vache sur un mur
Qui picore du pain dur,
Un petit chat de grand-mère,
Un cheval dans un vestiaire
Qui s'échappe d'un tableau,
Un âne bleu près de l'eau,
Une cigale et une fourmi,
Tous les oiseaux de Paris,
Un pauvre vieux rossignol
Qui a perdu son si bémol,
Un petit toutou frémissant
Tarzan et son éléphant,
Un lézard qui change de peau,
Un vieux lion, un vieux rhino-
céros, mais féroce comme tout,
Un grillon, un kangourou,
Un grand ours, un pigeon vole,
Puis un chapeau qui s'envole.
Ces tendres univers dolents de mon coeur
Dansant la sardane sur un air moqueur
Me fait la grimace, me fait de ciel bleu
Depuis tant d'années, mon beau monsieur bleu
Qu'avec les canards qui parlaient anglais
Je vous dis : " Thank you very much, monsieur Trenet. "

 

Quelle interprète ! Du grand art !

 

3540139853025_1_75-1.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierrot - dans Hommages
commenter cet article

commentaires