Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bonjour !

  • : Ma p'tite chanson
  • Ma p'tite chanson
  • : La chanson fait partie de notre vie. Elle accompagne notre quotidien, nos joies, nos peines... Peut-être apprendrez-vous quelque chose en parcourant ce blog. J'attends vos commentaires pour découvrir certains aspects de la chanson que je ne connais pas. A bientôt !
  • Contact

Osez !

En vous inscrivant à la newsletter, vous ne courez qu'un risque : celui d'être informé dès la parution d'un nouvel article !

C'est Où ?

Télérama - Musique

11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 12:13
Marraine de guerre -  Jacques Deljéhier

L'expression « marraines de guerre » désigne les femmes ou les jeunes filles qui entretiennent des correspondances avec des soldats au front durant la Première Guerre Mondiale afin de les soutenir moralement, psychologiquement  voire affectivement . Il s'agissait souvent de soldats livrés à eux-mêmes, ayant par exemple perdu leur famille. La marraine de guerre faisait parvenir des lettres à son soldat mais pouvait également envoyer des colis, des cadeaux, des photographies.

(Source Wikipédia)

 

Plusieurs sites intéressants :

http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/les-marraines-de-guerre

https://www.rtbf.be/14-18/thematiques/detail_consoler-et-encourager-le-soldat-les-marraines-de-guerre?id=8262431

Ecoutons cette chanson de Claude Lemesle et Manu Lods pour les paroles et Jacques Deljéhier pour la musique. Elle est interprétée par Jacques Deljéhier.

A partir du 3ème couplet , vous remarquerez la superposition du deuxième mouvement de la 7ème symphonie de Beethoven.

Je vous donne également rendez-vous sur le beau site de Jacques Deljéhier : chanson passion. Vous pourrez y voir un ancien chansonnier à la belle calligraphie.

http://www.deljehier.levillage.org/accueil_14_18.htm

 

 

Repost 0
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 17:22

Erik Satie, né à Honfleur en 1866 et mort à Paris en 1925 est un compositeur  et pianiste français.

A partir de 1890, il fréquente le cabaret le Chat Noir.

En 1893, il commence une relation amoureuse avec l'artiste peintre Suzanne Valadon qui réalisa ce portrait.329px-Suzanne_Valadon_-_Portrait_d-Erik_Satie.jpg

 

Sur le plan esthétique, Satie a toujours été l'adepte d'une musique dépouillée, pure, simple et nue.

Il est certain qu'il joua au Chat Noir ses Gymnopédies, oeuvre composée en 1888. Ecoutons la Gymnopédie N°1.

 

 

 

Repost 0
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 08:19

 Catherine Ringer, la chanteuse du groupe « Les Rita Mitsouko », remet à l'honneur le thème du 3ème mouvement de la cinquième symphonie de Mahler dans une chanson qu'elle a écrite en souvenir de son compagnon Fred Chichin, décédé d'un cancer en 2007.

En 1971, le fameux « Mort à Venise » de Luchino Visconti, inspiré d'une nouvelle de l'écrivain allemand Thomas Mann reprendra l'adagietto de ce troisième mouvement de la 5ème symphonie de Malher.

 

  

Ta chère odeur a disparu
bien que mon âme ait retenu
bien que mon âme ait ton parfum
et tu me tiens
Si tu n'étais pas mort
je serais avec toi
on marcherait dehors
et puis
on rentrerait
si tu étais vivant
on serait bien ensemble
on irait de l'avant
c'est beau comme on s'aimerait
oui c'est bien toi au fond de moi
encore toi
qui me fait rire là
ton regard est dans mes yeux
oui c'est ta flamme
et je suis là.

 

Sublime musique de Mahler. On pourrait, à première vue, penser qu'il y a une distorsion entre la musique et un texte bien "simple". Mais, n'est-il pas exact que les événements dramatiques ou heureux de notre vie sont dits avec des mots simples et que l'émotion vraie ne s'embarrasse pas de figures de style...  Je crois qu'il est question de cela pour Catherine Ringer qui nous offre une belle interprétation.

 

Repost 0
14 août 2010 6 14 /08 /août /2010 04:47

Tiens ! Que vient faire Gustav Mahler dans La Petite Chanson ?

Saurez-vous trouver le rapport entre les deux images qui suivent ? La première représente le compositeur autrichien Gustav Mahler (1860 - 1911), la deuxième ne nécessite pas de commentaires.

 

Gustav_Mahler.gif      moine-dormant.gif

La réponse se trouve au début du troisième mouvement de la première symphonie de Mahler.

Ecoutons ! Ne craignez pas de monter le volume car le début de ce 3ème mouvement est joué pianissimo.

 

Vous avez trouvé ?

Repost 0
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 18:27
Voilà une chanson que je chante volontiers en karaoké. Ben, oui, ça m'arrive ! Par exemple, dans des villages de vacances, il y a toujours une soirée "karaoké". D'accord, c'est toujours nul, mais ça vaut quand même le coup d'être vécu ! Vous allez peut-être dire que "j'me la pète" mais franchement 99% des prestations mériteraient de paraître dans les "horreurs musicales" de mon ami Ringard Willycat (voir mes liens).
Bon, ça m'amuse, j'ai l'droit, non ?
Attention, je ne parle pas de la chanson "susdite" qui est une bonne chanson. 

barbier.jpg

En fait, mon article est un alibi pour tester les conseils judicieux d'Elsa qui m'a donné un truc pour placer mon lecteur de MP3 pile poil centré au milieu de la page.
On va voir si ça marche !



Elsa, t'es trop forte !  Ca fait bientôt un an que je cherche !

 
Repost 0
8 octobre 2009 4 08 /10 /octobre /2009 04:54
Je suis "collectionneur" des thèmes classiques utilisés dans les chansons.
Une découverte, ce matin, grâce à une amie : la nuit, interprétée par Frida Boccara sur le 
Prélude de la sonate Opus 5 N°9 d'Arcangelo Corelli (1653-1713).

Les paroles sont de Claude Lemesle - 1978.





                            La nuit éteint les fenêtres

                            Le bal de la vie s'arrête

                            Je vais finir ma lettre

                            Juste avant de glisser dans le noir

                            Très loin quelque part

                            La lumière se lève

                            Et je voyage en rêve

                            Vers ces pays sans neige

                            Où le ciel a planté son miroir

                            La nuit m'apporte le calme

                            Et un rien de vague à l'âme

                            Quand elle m'accompagne

                            Fidèle et discrète pas à pas

                            On voit ça et là

                            Quelques tâches plus claires

                            Ce sont des solitaires

                            Mes frères sur la terre...

                            Qui égrènent le temps comme moi

                            Mon Dieu qu'il fait bon vivre

                            Tenir en équilibre

                            Entre l'ombre et le vide

                            Se dire tout est possible

                            Et entendre son cœur qui bat

                            On entend jamais que la haine

                            Le fracas des guerres lointaines

                            Mais tout est si tranquille

                            Au cœur de la grande ville

                            Comment ne pas penser à la paix

                            Demain c'est autre chose

                            Le monde se repose

                            Il rêve qu'il ne mourra jamais

                            La nuit éteint les fenêtres

                            Le bal de la vie s'arrête

                            Mais quand il va renaître

                            Est-ce qu'il n'aura pas un peu changé

                            J'éteins et je me couche

                            Le sommeil sur ma bouche

                            Bientôt va déposer son baiser

 

Merci à Madame Fastras pour cette image prise sur Flickr. En cliquant sur l'image, vous accédez à sa galerie. 

 



 

 

Repost 0
10 août 2009 1 10 /08 /août /2009 06:51
Aujourd'hui, j'ai le coeur à la gaudriole. Alors pourquoi pas une petite chanson leste.
Mais comme nous avons un "fond sérieux", la musique est quand même de Mozart.
Il est vrai que lui aussi était quelque peu leste (voir ses lettres) et qu'il aurait certainement adoré cette version de "Ah ! Vous dirais-je, Maman !" interprétée par Colette Renard.

Bonne écoute ! 


1. Ah! vous dirais-je Maman
A quoi nous passons le temps
Avec mon cousin Eugène
Sachez que ce phénomène
Nous a inventé un jeu
Auquel nous jouons tous les deux

3. Puis il me dit d'un ton doux:
"Écarte bien tes genoux"
Et la chos' va vous fair' rire
Il embrass' ma tirelire
Oh! vous conviendrez, Maman,
Qu'il a des idées vraiment.

5. Et c'est juste à ce moment
Que le jeu commenc' vraiment
Eugèn' prend sa petit' bête
Et la fourr' dans une cachette
Qu'il a trouvée, le farceur,
Où vous situez mon honneur

7. Complètement essoufflé
Il essaye de l' rattraper
Moi je ris à perdre haleine
Devant les efforts d'Eugène
Si vous étiez là Maman
Vous ririez pareillement

9. Mon cousin est merveilleux
Il connaît des tas de jeux
Demain soir sur la carpette
Il doit m'apprendr' la levrette
Si vraiment c'est amusant
J' vous l'apprendrai en rentrant.
2. Il m'emmène dans le bois
Et me dit: "Déshabille-toi!"
Quand je suis nue tout entière
Il me fait coucher par terre
Et de peur que je n'aie froid
Il vient se coucher sur moi

4. Puis il sort, je ne sais d'où,
Un p'tit animal très doux
Une espèc' de rat sans pattes
Qu'il me donne et que je flatte
Oh! le joli petit rat
D'ailleurs il vous l' montrera.

6. Mais ce petit rat curieux
Très souvent devient furieux
Voilà qu'il sort et qu'il rentre
Et qu'il me court dans le ventre
Mon cousin a bien du mal
A calmer son animal

8. Au bout de quelques instants
Le p'tit rat sort en pleurant
Alors Eugèn' qui tremblote
Le r'met dans sa redingote
Et puis tous deux nous rentrons
Sagement à la maison

10. Voici ma chère Maman
Comment je passe mon temps
Vous voyez je suis très sage
Je fuis tous les bavardages
Et j'écoute vos leçons
Je ne parl' pas aux garçons.


Repost 0
3 mai 2009 7 03 /05 /mai /2009 12:20
La grande Anne Sylvestre nous propose sa version de la lettre à Elise et nous dit tout le bien qu'elle en pense.
J'imagine que vous deviez déjà être un peu dans cet état d'esprit vis à vis de cette  Bagatelle de Beethoven.

Une grande dame de la chanson.



 
TaranRampersad 

Ma voisine ne sait jouer que ça 
Gna gna gna, gna gna gna, 
Du matin au soir il n'y en a 
La la la, la la la 
Que pour Elise, et supposons 
Que je lui dise à ma façon 
Depuis le temps que tu entends ça 
Gna gna gna, gna gna gna, 
Est-ce que ça ne te saoule pas ? 
La la la, la la la 

Mais quelle est donc cette Elise 
Qui défrise nos pianos 
Qui sans fin se gargarise 
Et se grise de trémolos ? 
Dis Ludwig si tu avais imaginé 
Que ça tournerait comme ça 
Est-ce que tu n'aurais pas fignolé 
Rajouté un bémol ici ou là ? 
Est-ce qu'à ton Elise tu n'aurais pas pu 
Dire tout ça de vive voix ? 

Comment croire qu'Elise écoutait 
Sans arrêt sans arrêt 
Ce machin qui vraiment ne me fait 
Pas marrer pas marrer ? 
Oui mais Elise elle aimait ça 
Qu'on lui redise bla bla bla 
Pourquoi écrire avec un piano 
Les p'tits marteaux les p'tits marteaux 
Quand c'est si simple avec un stylo 
Et puis des mots rien que des mots 

Mais cette garce d'Elise 
Traumatise le bon Ludwig 
S'il envoie ses grosses bises 
Elle les veut en musique 
Ah si seulement elle avait pu se taper 
Le facteur on n'aurait pas 
Eu à se farcir tous ces doubles soupirs 
Et tous ces "ne m'oubliez pas" 
S'il avait pensé à lui téléphoner 
On n'aurait pas écopé ça 
La la la, la la la 

Chaque jour à l'heure du courrier 
Et allez, et allez 
Il faut qu'elle vienne massacrer 
Et taper et tamponner 
Mais chère Elise il serait bon 
Que vous accusiez réception 
Qui sait mais si vous lui répondiez 
Par courrier recommandé 
Elle pourrait apprendre par cœur 
Enfin le Gai Laboureur 

Je sais, je sais que je m'en lasserai 
Mais ça la la mais ça la la 
Mais ça me changerait 
 
Repost 0
30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 05:49
En 1984, dans l'album Love on the beat, Serge Gainsbourg propose la chanson Lemon incest qu'il chante avec sa fille Charlotte.


La musique est inspirée de l'Etude n° 3 en Mi majeur opus 10 de Frédéric Chopin.



Le titre ?

Un zeste de citron --> Inceste de citron --> Lemon incest. Vu ?



Repost 0
26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 06:55
Les emprunts à la musique dite classique sont très fréquents dans la chanson. Aujourd'hui, nous prendrons l'exemple du canon de Pachelbel que vous connaissez tous.

 

Ecoutons d'abord Rain and tears des Aphrodite's  Child. 



 

Et Je me souviens de Ménélik. 





Bonne écoute !

 
Repost 0