Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bonjour !

  • : Ma p'tite chanson
  • Ma p'tite chanson
  • : La chanson fait partie de notre vie. Elle accompagne notre quotidien, nos joies, nos peines... Peut-être apprendrez-vous quelque chose en parcourant ce blog. J'attends vos commentaires pour découvrir certains aspects de la chanson que je ne connais pas. A bientôt !
  • Contact

Osez !

En vous inscrivant à la newsletter, vous ne courez qu'un risque : celui d'être informé dès la parution d'un nouvel article !

C'est Où ?

Télérama - Musique

25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 12:41
Giverny - Eric Le Noir
Giverny - Eric Le NoirGiverny - Eric Le Noir

Il y a longtemps que nous projetions de nous rendre à Giverny où Claude Monet (1840 - 1926) vécut de 1883 jusqu'à la fin de sa vie.

C'est chose faite ! Et ce fut un bonheur !

Un "ami de chanson et de poésie" m'a fait connaître cette très belle chanson d'Eric Lenoir  et d'Elisabeth Pauthonier. Je l'en remercie ! La video (José Meyer) qui illustre cette chanson est également très réussie et les photos d'intérieur (salle à manger, cuisine...) ont été prises dans la demeure même de Monet à Giverny.

Un jardin à deux pas

d'une ville encombrée

un semblant de repas

des femmes dans un pré

et des saules qui ont

tant et si bien pleuré

qu'un étang a cru bon

de leur lécher les pieds

 

Une maison bâtie

le dos à la rumeur

comme la modestie

à l'abri des clameurs

il faut tant de silence

pour entendre son cœur

lorsque le jour avance

vers le lit des couleurs.

 

Une salle à manger

déjeuner de soleil

dont les rideaux légers

empêchent les abeilles

de venir assiéger

de musique gourmande

les pommes du verger

les raisins en guirlande.

 

D'où vient cette lumière

qui chante à la cuisine

que retient prisonnière

le cuivre des bassines

comme si l'essentiel

de notre nourriture

c'était des bouts de ciel

en pots de confiture.

 

Toute l'ombre bleue

marcher sur le gravier

à l'heure où le vent pleut

des gouttes de rosiers,

et vient en voisine

nous donner des nouvelles

d'un peintre qui jardine

sous d'autres arcs-en-ciel.

 

Un jardinier qui signe

au bas de ses journées

en lettres enfantines

son nom Claude Monet

d'un vieux peintre rêveur

qui ne sait plus très bien

s'il sème des couleurs

ou s'il peint des jardins.

 

 

Repost 0
Published by Pierrot - dans Chanson et nature
commenter cet article
12 février 2017 7 12 /02 /février /2017 16:17
Photo : P. Cardinaux

Photo : P. Cardinaux

Photo prise lors de la manifestation "Chrysanthema" à Lahr en Allemagne.

La Chrysanthema, une manifestation en plein air unique en son genre en Europe, propose chaque année, à la fin de l’automne, un festival riche en couleurs, véritable invitation à la créativité et à l’éveil des sens. Pendant trois semaines, 10 000 chrysanthèmes fleurissent la ville.

Parmi les différents tableaux proposés cette année, celui-là m'a, bien sûr, fait penser à la chanson de G. Brassens : Le vent.

Si, par hasard
Sur l'Pont des Arts
Tu croises le vent, le vent fripon
Prudenc', prends garde à ton jupon
Si, par hasard
Sur l'Pont des Arts
Tu croises le vent, le vent maraud
Prudent, prends garde à ton chapeau

 

Les jean-foutre et les gens probes
Médis'nt du vent furibond
Qui rebrouss' les bois, détrouss' les toits, retrouss' les robes
Des jean-foutre et des gens probes
Le vent, je vous en réponds
S'en soucie, et c'est justic', comm' de colin-tampon

Si, par hasard
Sur l'Pont des Arts
Tu croises le vent, le vent fripon
Prudenc', prends garde à ton jupon
Si, par hasard
Sur l'Pont des Arts
Tu croises le vent, le vent maraud
Prudent, prends garde à ton chapeau

Bien sûr, si l'on ne se fonde
Que sur ce qui saute aux yeux
Le vent semble une brut' raffolant de nuire à tout l'monde
Mais une attention profonde
Prouv' que c'est chez les fâcheux
Qu'il préfèr' choisir les victimes de ses petits jeux

Si, par hasard
Sur l'Pont des Arts
Tu croises le vent, le vent fripon
Prudenc', prends garde à ton jupon
Si, par hasard
Sur l'Pont des Arts
Tu croises le vent, le vent maraud
Prudent, prends garde à ton chapeau

Le pont des Arts

 

Le pont des Arts

Une autre version de cette chanson par Pierre et Willy qui aurait, n'en doutons pas, l'agrément de G. Brassens. Et, en même temps, une belle leçon de guitare !

Repost 0
Published by Pierrot - dans Chanson et nature
commenter cet article
10 août 2015 1 10 /08 /août /2015 08:46

Bonne fête, Laurent.

Pour vous, une chanson de Robert Charlebois où il évoque les problèmes dus à l'acidification des eaux de l'estuaire et du golfe du Saint-Laurent et autres problèmes liés à la pollution.

 

J'habite un fleuve en Haute-Amérique
Presque océan, presque Atlantique
Un fleuve bleu vert et Saint-Laurent

J'habite un grand boulevard mouvant

Une mer du Nord en cristaux de sel
Agile, fragile, belle et rebelle
Presque océan, presque Atlantique
J'habite un fleuve en Haute-Amérique

Un fleuve tout plein d'animaux brillants
De capelans, de caps diamants
De baleines douces et de poissons-volants
J'habite un estuaire souffrant

Un vieux géant à court d'arguments
Il faut vacciner même les marsouins
Débarbouiller bébé loup-phoque
Des Grands Lacs jusqu à Tadoussac
Il faut laver l'eau, laver l'eau, laver l'eau

J'habite un fleuve en Haute-Amérique
Presque océan, presque Atlantique
Un fleuve bleu vert et Saint-Laurent
J'habite un grand boulevard mouvant

Une mer du Nord en cristaux de sel
Agile, fragile, belle et rebelle
Presque océan, presque Atlantique
J'habite un fleuve en Haute-Amérique

Un fleuve par devers Charlevoix
Bordé de quais, de fermes d'oncles Joseph
De noms qui chouennent chez les Cajuns
J'habite une suite de caps tourmentés

A la mémoire des marins d'eau salée
Des voitures d'eau qui l'ont défrichée
Ils étaient des centaines puis des milliers
On est des millions amarrés aux marées
Amarrés aux marées
Amarrés aux marées
Amarrés aux marées

J'habite un fleuve en Haute-Amérique
Repost 0
Published by Pierrot - dans Chanson et nature
commenter cet article
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 13:03

  boby-lapointe.jpg

 

 

J'ai entendu dire que nous passions à l'heure d'été aujourd'hui. Mais je me pose la même question que Boby Lapointe : "L'été ? Où est-il ?"

 

De plus, cela nous  rappelle aussi que les fées peuvent manquer d'humour !

 

 

 

 

 

Boby :


Tiens v'là, la pluie
Ah ! quel sal' temps
Où est-il l'été ? L'été où est-il ?
Oh ! là, mais que vois-je apparaître
En regardant à ma fenêtre ?
Là, cette dame qui vole en voiles de nylon
Et qui tient un bâton tout plein rempli d'étoiles.
Si cette dame est flic, l'est au moins générale.

 

La Fée :

 

Non, mon enfant, je suis la fée !

 

Boby :

 

Ah ! Bonjour, Madame la Fée !

 

La Fée :

 

Mon dieu, qu'il est bien élévé cet enfant !
Je veux le récompenser !
Que voudrais-tu ? Formule un souhait !
J'ai le pouvoir de l'exaucer !

 

Boby :

 

Vrai ?

 

La Fée :

 

Vrai !


Boby :

 

Vrai !
Ben ! J'voudrais qu'on se paie du bon temps.

 

La Fée :

 

Du bon temps ?

 

Boby :

 

Du bon temps !

 

La fée :

 

Qu'entends-tu par là, mon enfant ?

 

Boby :


Ben ben ben...

Je voudrais avancer l'été

 

La fée :

 

Eh ! té ch té ! ch té !

 

Boby :

 

Qu'il fasse avant la St Jean, bon !

 

La Fée :

 

Jambon, jambon, jambon !

 

Boby :

 

Qu'il fasse beau dès le dix juin !

 

La Fée :

 

Disjoint, disjoint, disjoint !

 

Boby :

 

Ça s'rait bien s'il faisait beau dès mai !

 

La Fée :

 

C'est beau, dès mai ! Beau d'aimer !

 

Boby :

 

Et que cesse enfin cette pluie
Où est-il l'été ?
L'été où est-il ? Où est-il l'été ?
L'été où est-il ?



Qu'il fasse chaud, dès mai, chaud, oui !

 

La Fée :

 

Méchoui, méchoui, méchoui !

 

Boby :

 

Qu'il fasse beau, dès Pâques, beau !

 

La Fée :

 

Paquebot paquebot !

 

Boby :

 

Que le soleil tape en mars tôt !

 

La Fée :

 

Marteau, marteau, marteau !

 

Boby :

 

Ça s'rait bien qu'il fass dès l'hiver, beau !

 

La Fée :

 

Délits verbaux ! Ah ! Ah ! Ah !

 

Boby :

 

Et que cesse enfin cette pluie !
 Où est-il l'été ?
L'été où est-il ? Où est-il l'été ?
L'été, où est-il ?

Si de plus un climat chaud cett'...

 

La Fée :

 

Ma chaussett', ma chaussett' !

 

Boby :

 

Cette année dès l'automne liait.

 

La Fée :

 

Tonnelier, tonnelier !

 

Boby :

 

Tous les étés les uns aux autr's

 

La Fée :

 

Sozot Sozot Sozot (?)

 

Boby :

 

Ça s'rait le genr' de ternps qu'on bénit

 

La Fée :

 

Qu'on bénit, ah, ah !


Boby :

 

Surtout qu'y aurait plus cette pluie !
Où est-il l'été ?
L'été où est-il ? Où est-il l'été ?
L'été où est-il ?

 

La Fée :

 

 Mon enfant ne soit plus' haletant !

 

Boby :

 

Sal' temps ! Sal' temps !  sal' temps !

 

La Fée :

 

Ton joli souhait m'a beaucoup plus !

 

Boby :

 

Beaucoup plu ! Beaucoup plu !

 

La Fée :

 

Et je vais pouvoir l'exaucer !

 

Boby :

 

Saucé, saucé ,saucé !

 

La Fée :

 

Oui, je peux, oui, ce pouvoir, je l'ai !

 

Boby :

 

Gelé, gelé , gelè !

 

La Fée :


Abracadabra !
Cesse pluie ! Soleil d'été, resplendis !

Boby :


Oh ! Miracle ! Un astre éclatant
Irradie, rose, au firmament !
Ah ! Dis donc !  Quelle affair' papa !
C'est madame la fée qui a fait ça !

 

La Fée :

 

Alors, heureux ?

 

Boby :

 

Oh ! Oui, madame la Fée !

 

La Fée :

 

Charmant enfant !

 

Boby :

 

Merci madame la fée !

 

La Fée :

 

Et si poli ! Adieu mon enfant !

 

Boby :

 

Au revoir, madame la Fée !

 

La Fée :

 

Charmant !

 

Boby :

 

Eh ! le bonjour à Monsieur la Fée !

 

La Fée :

 

Crétin ! Tiens !
(L'orage éclate à nouveau)

 

Boby :

 

Tiens ! V'là la pluie !

Repost 0
Published by Pierrot - dans Chanson et nature
commenter cet article
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 09:09

chataignier

 

 

 

J'entends les vieux planchers qui craquent
J'entends du bruit dans la baraque
J'entends j'entends dans le grenier
Chanter chanter mon châtaignier

Bien à l'abri dans ma soupente
Moi j'entends chanter la charpente
Ce n'est pas du bois vermoulu
J'entends les poutres qui se plaignent
De ne plus donner de châtaignes
En supportant mon toit pointu

220px-Charpente eglise Saint-Girons Monein


Quand on devient poutre-maîtresse
C'est tout le toit qui vous oppresse
Il faut chanter tout doucement
La chanson de ses origines
Celle qu'il me chante en sourdine
En y mettant du sentiment

C'est surprenant mais c'est logique
Il chante la chanson magique
Qu'il a apprise au fond des bois
Il me chante une chanson tendre
Que je suis le seul à comprendre
Quand la nuit vient à petits pas

C'est vrai pourtant qu'il nous protège
Contre le froid contre la neige
Tout en berçant mes insomnies
Ce n'est pas une chanson triste
Mon châtaignier est un artiste
Qui continue d'aimer la vie



 

Repost 0
Published by Pierrot - dans Chanson et nature
commenter cet article
8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 05:18

Encore quelques échos d'une randonnée en Corse !

 

Chataignier.jpg

histoire-chataignier.jpg

S'il est un arbre qui fait partie de l'histoire de la Corse, c'est bien le châtaignier !

Une bonne occasion pour réécouter cette chanson de Jean Ferrat.


J'entends les vieux planchers qui craquent
J'entends du bruit dans la baraque
J'entends j'entends dans le grenier
Chanter chanter mon châtaignier

Bien à l'abri dans ma soupente
Moi j'entends chanter la charpente
Ce n'est pas du bois vermoulu
J'entends les poutres qui se plaignent
De ne plus donner de châtaignes
En supportant mon toit pointu

J'entends les vieux planchers qui craquent
J'entends du bruit dans la baraque
J'entends j'entends dans le grenier
Chanter chanter mon châtaignier


Quand on devient poutre-maîtresse
C'est tout le toit qui vous oppresse
Il faut chanter tout doucement
La chanson de ses origines
Celle qu'il me chante en sourdine
En y mettant du sentiment

J'entends les vieux planchers qui craquent
J'entends du bruit dans la baraque
J'entends j'entends dans le grenier
Chanter chanter mon châtaignier

C'est surprenant mais c'est logique
Il chante la chanson magique
Qu'il a apprise au fond des bois
Il me chante une chanson tendre
Que je suis le seul à comprendre
Quand la nuit vient à petits pas

J'entends les vieux planchers qui craquent
J'entends du bruit dans la baraque
J'entends j'entends dans le grenier
Chanter chanter mon châtaignier

C'est vrai pourtant qu'il nous protège
Contre le froid contre la neige
Tout en berçant mes insomnies
Ce n'est pas une chanson triste
Mon châtaignier est un artiste
Qui continue d'aimer la vie

J'entends les vieux planchers qui craquent
J'entends du bruit dans la baraque

J'entends j'entends dans le grenier
Chanter chanter mon châtaignier

Paroles : Guy Thomas. Musique : Jean Ferrat

Repost 0
Published by Pierrot - dans Chanson et nature
commenter cet article
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 09:11

 

 Ca, c'est de l'optimisme ! 

 

printemps.jpg

Boticelli - Le printemps (1482) - Les Offices - Florence

 

 


Charles Aznavour et Pierre Roche - Voyez c'est... par elverrecords

 

Le mal d'amour devient contagieux

Les timides deviennent audacieux

Les chiens vont à la queue leu leu

Et les amoureux deux par deux

Profitez-en, jeunes et vieux 

Vous avez tous vingt ans

C'est le printemps

 

Voyez l'hiver vient de s'enfuir à tire d'ailes

Quel beau temps

Voyez, déjà sont revenues les hirondelles

C'est le printemps

Sortez vos robes froufroutantes

Vos ombrelles

Il est temps

Sortez

Allez vous amuser mes demoiselles

C'est le printemps

 

Le bâton blanc des agents

Bourgeonne gaiement

Et le soleil gentiment

Fait l'oeil à tous les passants

Chantez, car vous en connaissez les ritournelles

Tant et tant souriez

Pour cueillir en flânant l'âme fidèle

D'un amant

 

Les vieux grognons deviennent délicieux

Les avares font les généreux

Les poltrons deviennent courageux

Et les raseurs moins ennuyeux

Profitez-en, jeunes et vieux

Vous avez tous vingt ans

C'est le printemps

 

Voyez comme la nature a mis sa tunique

De beau temps

Oyez

Les gazouillis et la musique fraîche

Du printemps

 

Guilleret dans sa moustache

Le garde-champêtre, bon enfant dit :

"Mais on savait mieux s'aimer

De tout son être de mon temps."

Les jeunes gens de dix-huit ans

Bourgeonnent gaiement

Et ceux de plus de cent ans

Se sentent redevenir enfants.

 

Buvez

Il faut que le vin vous monte à la tête

Bouillonnant

Voyez

La nature a pris son bel air de fête

C'est le printemps

Profitez-en, jeunes et vieux

Vous avez tous vingt ans

C'est le printemps.

 

Charles Aznavour - Pierre Roche

 

Repost 0
Published by Pierrot - dans Chanson et nature
commenter cet article
4 janvier 2011 2 04 /01 /janvier /2011 11:15

Ce matin, je ne donnerai pas dans l'originalité.

En effet, une éclipse, et je vous propose Le soleil a rendez-vous avec la lune. Mais c'est une occasion de réécouter le grand Charles Trenet. 

Pour me rattrapper, j'ai pris, à 9h57,  une photo de l'événement.

 

Eclipse

 


Charles Trénet * Le soleil a rendez vous avec la lune * M6
envoyé par musiclover4. - Regardez la dernière sélection musicale.

 

Sur le toit de l'hôtel où je vis avec toi
Quand j'attends ta venue mon amie
Que la nuit fait chanter plus fort et mieux que moi
Tous les chats tous les chat tous les chats
Que dit-on sur les toits que répètent les voix
De ces chats de ces chats qui s'ennuient
Des chansons que je sais que je traduis pour toi
Les voici les voici les voilà...

Le soleil a rendez-vous avec la lune
Mais la lune n'est pas là et le soleil l'attend
Ici-bas souvent chacun pour sa chacune
Chacun doit en faire autant
La lune est là, la lune est là
La lune est là, mais le soleil ne la voit pas
Pour la trouver il faut la nuit
Il faut la nuit mais le soleil ne le sait pas et toujours luit
Le soleil a rendez-vous avec la lune
Mais la lune n'est pas là et le soleil l'attend
Papa dit qu'il a vu ça lui...

 Des savants avertis par la pluie et le vent
Annonçaient un jour la fin du monde
Les journaux commentaient en termes émouvants
Les avis les aveux des savants
Bien des gens affolés demandaient aux agents
Si le monde était pris dans la ronde
C'est alors que docteurs savants et professeurs
Entonnèrent subito tous en chœur

 Philosophes écoutez cette phrase est pour vous
Le bonheur est un astre volage
Qui s'enfuit à l'appel de bien des rendez-vous
Il s'efface il se meurt devant nous
Quand on croit qu'il est loin il est là tout près de vous
Il voyage il voyage il voyage
Puis il part il revient il s'en va n'importe où
Cherchez-le il est un peu partout...

Repost 0
Published by Pierrot - dans Chanson et nature
commenter cet article
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 08:00

Belle surprise, ce matin en regardant par ma fenêtre. Cela valait bien une photo. Et une chanson d'Anne Sylvestre.    

Herisson.jpg 

 

 

 

   Hérisson

Hérisson, son, son,
hérissonne sonne vêpres,
hérissonne donc,
hérisson en large en long.

Connaissez-vous Monsieur Pique,
Monsieur du museau pointu,
hérisson qui fait la nique
au renard du Bois Perdu?
Connaissez-vous Monsieur Trotte,
trottinant la nuit venue
à travers cailloux et mottes,
hérisson trotte-menu?

Hérisson, son, son,
hérissonne sonne vêpres,
hérissonne donc,
hérisson en large en long.

Monsieur Pique déambule
et pour réveiller le loup
fait sonner les campanules
et les cloches du coucou.
Mais si le loup sort ses pattes
et ses oreilles velues
hérisson se carapate
dans le fond du bois perdu.

Hérisson, son, son,
hérissonne sonne vêpres,
hérissonne donc,
hérisson en large en long.

Hérisson, son, son,
hérissonne donc,
ding dong.

Repost 0
Published by Pierrot - dans Chanson et nature
commenter cet article
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 05:59

Je pars pour une semaine. Je vais randonner à Pornichet. Je pense que ce ne sera pas trop difficile. Le dénivelé ne doit pas être considérable. Je placerai un certain nombre d'articles en automatique pour ne pas vous abandonner totalement.

J'ai décidé cette semaine de vous en faire voir de toutes les couleurs.

A commencer par aujourd'hui avec cette chanson d'Eddy Mitchell.

 

arc.jpg


L'herbe était verte, le soleil pouvait briller
Ce jour de paix annonçait déjà l'été
Mais un orage terrible est arrivé
L'arc-en-ciel a tout sauvé

L'arc-en-ciel a un trésor caché
L'arc-en-ciel a de l'or à ses pieds
L'arc-en-ciel va me changer la vie
Je cours vers lui
Et mes rêves aussi
Arc-en-ciel, si c'est la vérité
Arc-en-ciel, ma misère est passée
Arc-en-ciel, ton éclat m'éblouit
Je cours vers lui
Mes rêves aussi

 

98oevhgg.jpg


Et je n'étais pas le seul à espérer
Une jolie fille m'avait déjà devancé
Le vrai trésor, c'était elle, je l'ai gardé
Arc-en-ciel soit remercié

Arc-en-ciel, ta légende a menti
Arc-en-ciel, ton or n'est pas ici
Arc-en-ciel, ton trésor est ailleurs
Au fond du coeur
Comme un bonheur

Repost 0
Published by Pierrot - dans Chanson et nature
commenter cet article