Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bonjour !

  • : Ma p'tite chanson
  • : La chanson fait partie de notre vie. Elle accompagne notre quotidien, nos joies, nos peines... Peut-être apprendrez-vous quelque chose en parcourant ce blog. J'attends vos commentaires pour découvrir certains aspects de la chanson que je ne connais pas. A bientôt !
  • Contact

C'est Où ?

Télérama - Musique

25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 19:41
Le temps du jardinage est revenu, ce qui cause du désordre dans la régularité de nos blogs. Mais le temps du jardinage, c'est le printemps qui, lui, cause du désordre dans nos sentiments.

CD_Chtriky.jpg



Cette chanson est de Roger Riffard. Elle date de 1962.

25cm_Timoleon.jpg 


Clara, ma fille, d'où rapportez-vous
Tant de brindilles dans vos cheveux fous ?
Par quelle sorte d'horloge trompée
N'êtes-vous rentrée qu'à la nuit tombée ?
Voici, maman, le vent ayant soufflé
Au crépuscule je m'en suis allée
Ramasser la feuille du marronnier
Avec Timoléon le jardinier

Clara, ma fille, nous apercevons
Quelques désordres parmi vos jupons
Mais par quelle manœuvre accidentelle
En avez-vous déchiré la dentelle ?
Voici, maman, ayant prêté la main
Pour élaguer les ronces du chemin
Je dus aller trop loin dans le hallier
Avec Timoléon le jardinier

Clara, ma fille, sans épiloguer
Je vous découvre des yeux fatigués
Encore qu'une étonnante lumière
Ce soir s'échappe d'entre vos paupières
Voici, maman, l'instant nous parut bon
Pour étaler de l'ail et de l'oignon
Et c'est pourquoi je fus dans le grenier
Avec Timoléon le jardinier

Clara, ma fille, ce zèle nouveau
Qui vous attache à ces rudes travaux
Me semble passer un peu la mesure
Voulez-vous m'en préciser la nature ?
Voici, maman, souffrez que d'aujourd'hui
Je vous puisse être d'un précieux appui
Tant il est vrai que vous vous surmeniez
Avec Timoléon le jardinier


Découvrez Chtriky ici
http://www.myspace.com/chtriky 
Partager cet article
Repost0
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 07:36
On ne pourra pas dire que j'aie fait preuve d'une originalité débordante aujourd'hui. Ce que je vous propose, vous l'avez déjà entendu dix mille fois mais il faut croire que cette musique doit avoir un côté magique car j'ai toujours autant de plaisir à l'entendre.

Trois vidéos pour tous les goûts.








Une seule hirondelle ne fait pas le printemps ; un seul acte moral ne fait pas la vertu.

Citations de Aristote 
 
La fantaisie est un perpétuel printemps. 

Schiller 
Partager cet article
Repost0
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 06:54
La randonnée nous fait découvrir des choses insolites comme le petit village des nains. Mais des petites constructions plus banales nous font aussi penser à des chansons.

Suffira-t-il de traverser ces petits ponts pour y trouver l'aventure ? Qui sait ? 

Petit-pont-1.jpg 

Petit-pont-2.jpg 

 
Il suffit de passer le pont
C'est tout de suite l'aventure
Laisse-moi tenir ton jupon
J't'emmèn' visiter la nature
L'herbe est douce à Pâques fleuries
Jetons mes sabots, tes galoches
Et, légers comme des cabris
Courons après les sons de cloches
Ding din don ! les matines sonnent
En l'honneur de notre bonheur
Ding din dong ! faut l'dire à personne
J'ai graissé la patte au sonneur

Laisse-moi tenir ton jupon
Courons, guilleret, guillerette
Il suffit de passer le pont
Et c'est le royaum' des fleurettes
Entre tout's les bell's que voici
Je devin' cell' que tu préfères
C'est pas l'coqu'licot, Dieu merci
Ni l'coucou, mais la primevère
J'en vois un' blottie sous les feuilles
Elle est en velours comm' tes joues
Fais le guet pendant qu'je la cueille
" Je n'ai jamais aimé que vous "

Il suffit de trois petits bonds
C'est tout de suit' la tarantelle
Laisse-moi tenir ton jupon
J'saurai ménager tes dentelles
J'ai graissé la patte au berger
Pour lui fair' jouer une aubade
Lors, ma mie, sans croire au danger
Faisons mille et une gambades
Ton pied frappe et frappe la mousse
Si l'chardon s'y pique dedans
Ne pleure pas, ma mie qui souffre
Je te l'enlève avec les dents

On n'a plus rien à se cacher
On peut s'aimer comm' bon nous semble
Et tant mieux si c'est un péché
Nous irons en enfer ensemble
Il suffit de passer le pont
Laisse-moi tenir ton jupon
Laisse-moi tenir ton jupon 
Partager cet article
Repost0
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 06:38
Hier, c'était randonnée. Autour du château de Belvoir (Doubs). La nature, si riche en surprises de tout genre, ne cesse, à tout instant,  de vous remémorer des chansons. Ainsi, au détour d'un chemin, en pleine fotêt, je "tombe" sur ce "jardin extraordinaire" dont  j'ai, bien sûr, fait quelques photos.

Nains1.jpg

Nains2.jpg

Nains3.jpg



 
Partager cet article
Repost0
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 07:06

 

Parmi mes liens, vous avez pu remarquer le site du chanteur Arbon. Je vous propose aujourd'hui une de ses chansons que j'aime beaucoup : L'étoile et la fourmi. Un très beau texte et une belle émotion !



L'étoile et la fourmi

(Paroles et musique : Arbon)

Dans une nuit blanche
Blanche et sans émoi 
Une étoile se penche 
Se penche vers moi 
Se penche vers moi 
Elle me dit : « - Que comptez-vous faire ? 
- Attendre, attendre, je lui réponds, 
Voir le temps passer sans mystère 
Scintiller jusqu'à l'heure blême » 
L'étoile cligne et me répond 
- « Moi de même ! Moi de même ! » 
Quelle étrange conversation...

 

 

Sur une herbe épaisse 
Et tendre à la fois 
Une fourmi se dresse 
Et s'adresse à moi 
Et s'adresse à moi 
Elle me dit : « - Que comptez-vous faire ? 
-Oh ! Tant de choses..., je lui réponds
Biner, bêcher, creuser la terre 
Travailler jusqu'à l'heure blême » 
La fourmi opine et répond 
- « Moi de même ! Moi de même ! » 
Quelle étrange conversation... 

 

 

Au bout de mes rêves
Il y a la joie 
Ton amour se lève 
Et marche vers moi 
Et marche vers moi
Il ne dit pas " Qu'allez-vous faire ? " 
Il ne pose pas de questions
Il sourit dans son beau mystère 
S'offre à moi jusqu'à l'heure blême 
Mon cœur ébloui lui répond 
- « Moi de même ! Moi de même ! » 
Quelle étrange conversation...

Pourquoi ne pas aller faire un petit tour sur son site ?

http://www.arbon-lesite.com/ 

Bonne journée ! 

 

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 09:18
Bonjour,

Je continue ma randonnée mais vous lisez un article programmé à l'avance. Comme je randonne à Mouthe, je suis peut-être en état de congélation.
  (Voir article d'hier).
Anne Sylvestre nous avait expliqué ce qu'était un froid de canard. Mais alors, un froid de loup ?
Eh, bien ! Ecoutons ! Là, c'est une autre histoire !

La photo prise ici, ce n'est toujours pas Mouthe ! Nous nous trouvons ici aux Menuires.

Menuires.jpg


ll fait un froid de loup 
Ou ou ou ou ou
Il fait 
un froid de loup
Les loups sont tout autour de nous
Il fait 
un froid de loup
Ou ou ou ou ou
Il fait 
un froid de loup
Maman prends-moi sur tes genoux.

Quand il fait froid je crois
Que si tu restes auprès de moi
Tes bras serrés même en hiver
Sont bien plus chauds qu’un pull over

Quand le vent souffle fort

Quand on a peur d’aller dehors
Maman quand il ne fait pas chaud
Tu es le meilleur des manteaux


Quand tu es près de moi
Je n’ai pas peur je n’ai pas froid
Avec toi c’est bien comme tout
Même les loups deviennent doux.


 

A bientôt !



 
Partager cet article
Repost0
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 09:18

Quand mon article paraîtra, je serai en train de faire une randonnée "raquettes". Vous savez où ?

A Mouthe, vous savez le village le plus "aglagla" de France. Il va certainement faire un froid de canard. Un froid de canard ? Les pingouins trouvent cela bizarre  ! Anne Sylvestre nous dit cela et d'autres choses.

La photo que j'ai prise lors d'une rando, ce n'est pas Mouthe  mais le premier plateau, au-dessus de l'Alpe d'Huez.

Alpe d'Huez



Un froid de canard   (A. Sylvestre)

Nom d’un glaçon se dit le canard

Il  fait un vrai froid de moi (bis)

On dit toujours un froid de canard

Et les pingouins trouvent ça bizarre ;

Ils ne comprennent pas pas pas

Ils ne comprennent pas (bis)


Nom d’un igloo se disent les loups

Il fait un vrai froid de nous ; (bis)

On dit toujours un froid de loup

Les ours polaires en sont jaloux ;

Ils ne comprennent pas pas pas

Ils ne comprennent pas ; (bis)


Nom d’un grand vent disent les enfants

Il fait un vrai froid marrant ; (bis)

Un froid de neige et de traîneau

A faire rêver un esquimau ;

Et nous on aime ça ça ça

Et nous on aime ça (bis)


Comme le loup le canard et vous

J’ai trouvé le froid partout ; (bis)

Le charbonnier le voit tout en noir

Mais il est blanc pour le montagnard ;

Il faut comprendre ça ça ça

Il faut comprendre ça (bis)

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 07:31
Bonne fête aux Sébastien !

Je trouve que le lac Saint Sébastien se dit des choses intéressantes sur les humains. Non ?

C'est une chanson mais aussi un livre.

5131-5-v-Les_carnets_du_lac__lac_St-Sebastien.jpg


Un lac ne parle peut-être pas, mais il réfléchit. Il réfléchit tout ce qui borde ses rives et tout ce qui le survole. Depuis dix ans, à force de côtoyer le Lac Saint-Sébastien, véritable auteur de ce livre, Hélène Pedneault a appris à traduire ces réflexions. Elle a découvert, à sa grande stupéfaction, que les lacs étaient également capables d’absorber les réflexions des humains, de les réfléchir et de les retourner aux humains en langue aquatique, exactement comme un miroir. Parce qu’au fond, qu’est-ce qu’un lac? C’est un être qui a seulement 20% d’eau de plus qu’un être humain. 20% d’eau de moins et... qui sait ce qui pourrait se passer? La traductrice affirme à qui veut bien l’entendre que ces conversations liquides ont changé sa vie, qu’elle a rencontré le lac de sa vie. Elle en est même venue à regretter amèrement qu’il lui manquera toujours 20% d’eau pour être elle-même un lac... 

source : http://www.gallimardmontreal.com/books/view/147870

lac1.jpg




Tiens, 
Se dit le lac Saint-Sébastien
Je ne comprends pas ces humains
Ils sont si pleins de turbulences
Je crois qu'ils ont peur du silence
Ils s'imaginent réfléchir
Moi, je sais ce que ça veut dire
Tiens, 
Se dit le lac Saint-Sébastien
Oh ! Je leur expliquerais bien
Qu'il faut qu'il n'y ait pas un souffle
Ou bien l'image se boursoufle
On ne distingue plus le fond
Le ciel est comme un vieux chiffon

Mais près de moi vit une humaine
Je la vois quand elle se promène
Et si parfois elle parle haut
Elle connaît la langue de l'eau

Tiens, 
Se dit le lac Saint-Sébastien
Elle dit que nous sommes cousins
Que les humains sont très liquides
Mais ils ne sont pas translucides
Où sont leurs truites, leurs brochets ?
Il faut croire qu'ils les cachaient
Tiens, 
Se dit le lac Saint-Sébastien
Sans doute ils n'y comprennent rien
L'eau qu'ils possèdent, ils la salissent
Ils y jettent leurs immondices
Et quand elle est bien polluée
Disent qu'il faut la purifier

Tiens, 
Se dit le lac Saint-Sébastien
Ils sont étranges, ces humains
Quand ils détournent des rivières
Ils sont parfois très en colère
Si elles vont regagner leur lit
Après avoir tout englouti
Tiens, 
Se dit le lac Saint-Sébastien
Je crois qu'ils ne font pas le lien
Entre toutes les eaux du monde
Moi, je sais qu'elles correspondent
Et qu'en la plus petite flaque
Il y a l'espérance d'un lac

Tiens, 
Se dit le lac Saint-Sébastien
Ils se battent comme des chiens
Ils sont chiens quand ça les arrange
Et puis se prennent pour des anges
Comme si d'être ce qu'ils sont
Leur donnait un mauvais frisson
Tiens, 
Se dit le lac Saint-Sébastien
Ils s'improvisent magiciens
Ils déracinent et ils bétonnent
Ils font le vide et ils s'étonnent
Que les saisons aillent de travers
Et que s'étende le désert

Tiens, 
Se dit le lac Saint-Sébastien
Je refroidis, l'hiver s'en vient
Bientôt se formera ma glace
Dessous, j'aurai toute la place
Pour moi le gel est bienvenu
Je n'aime pas les arbres nus
Tiens, 
Se dit le lac Saint-Sébastien
Je vais rêver à ces humains
Ils seront encore là, j'espère, 
Quand mes eaux redeviendront claires
Et que se poseront les huards
Pourvu qu'ils n'aient pas de retard

Et que près de moi cette humaine
Ait traversé l'hiver sans peine
Qu'elle vienne avec les oiseaux
Me parler la langue de l'eau
Partager cet article
Repost0
3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 12:12
C'est une flûte droite en bambou dont l'embouchure ouverte comporte une encoche comme la kena des Andes.

shakuhachi

Le tuyau est pris dans la base d'une tige de bambou et comporte toujours la base d'attache à la souche.Pesant et solide, le shakuhachi pouvait servir aussi, autrefois d'arme de défense.
L'aspect extérieur est le plus naturel possible.
Le shakuhachi mesure 54,5 cm de long.
Le mot shakuhachi signifie 1,8 (shaku = 1 et hachi = 8). La mesure 1 valant 30, 3 cm.
Malgré son apparence rustique, le shakuhachi est un objet d'art d'une grande beauté et un instrument très sophistiqué.
Il est capable de produire tous les sons chromatiques, peut exécuter des vibratos, des trémolos, des glissandi, des microtons....Il peut imiter tous les sons et inflexions de la voix.

Apparu pour la première fois au VIIIème siècle, cet instrument est considéré comme essentiellement masculin et fut longtemps la propriété exclusive des moines mendiants et des samouraïs.





C'est au XVIIème siècle que les moines de la secte Fuke associèrent le zen et le shakuhachi. L'instrument devint religieux et sa fabrication fit partie de la culture de tout moine.

Le shakuhachi est considéré comme le souffle de la vie. 

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2010 6 02 /01 /janvier /2010 08:00
J'avais promis à Alice de lui faire une photo du jardin zen que j'étais en train de fabriquer.

Le voilà :


Zen2.jpg





Zen1
Jardin zen en miniature

Née au Japon au XVIème siècle,la tradition du Jardin Zen y est toujours perpétuée avec soin de nos jours.
De simples rochers et du sable ratissé, et voici qu'apparaissent des îles dans l'océan ou des sommets émergeant des nuages.
Créer et recréer un paysage dans son jardin zen contribue à calmer et à centrer son esprit.
Avec un jardin zen miniature, vous invitez la nature chez vous ou au bureau. 
Un îlot de sérénité au milieu de la vie quotidienne.
Ici, un peu de sable et des pierres mais l'intérêt est d'y placer vos propres éléments ; des éléments qui, pour vous, sont chargés de souvenirs.

 

Bien sûr, cela doit s'accompagner de musique. J'aurais pu vous faire entendre une chanson de Zazie intitulée "Zen".

J'ai préféré vous faire entendre une pièce de flûte shakuhachi.



La flûte shakuhachi est un instrument extraordinaire. Demain, je vous en parlerai plus longuement.

shakuhachi.jpg



 
Partager cet article
Repost0