Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bonjour !

  • : Ma p'tite chanson
  • : La chanson fait partie de notre vie. Elle accompagne notre quotidien, nos joies, nos peines... Peut-être apprendrez-vous quelque chose en parcourant ce blog. J'attends vos commentaires pour découvrir certains aspects de la chanson que je ne connais pas. A bientôt !
  • Contact

C'est Où ?

Télérama - Musique

3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 16:30

Aujourd'hui, c'est la saint Hubert, le patron des chasseurs.

Hubert est né vers le VIIème siècle. Sa famille était issue des mérovingiens.

Un jour, alors qu'il se trouvait dans une partie de chasse, un cerf qui paraissait plus grand et plus beau que les autres animaux de son espèce, lui apparut avec une croix entre les bois.

Sa vie, mondaine jusqu'alors, prit une autre tournure. Il s'engagea dans la voie monastique et devint évêque de Maastricht, de Liège et de Tongres.

Cet épisode du cerf en fit le patron des chasseurs.

Alors, ce 3 novembre, écoutons une chanson de Mannick : Les chasseurs.

 

hubert2.jpg

Pardonnez si je vous offense
Messieurs de par toute la France
Ce refrain me tient à cœur :
Je n'aime pas bien les chasseurs !

Y a de quoi pavoiser c'est certain
Quand on part en guerrier solitaire
Le fusil de chasse en bandoulière
Pour aller faire la guerre aux lapins

Pardonnez si je vous offense
Messieurs de par toute la France
Ce refrain me tient à cœur :
Je n'aime pas bien les chasseurs !

Ce matin, je vous ai vu passer
Habillés d'un treillis militaire
Fanfarons comme porte-bannière
Quand il braille sa virilité !

Pardonnez si je vous offense
Messieurs de par toute la France
Ce refrain me tient à cœur :
Je n'aime pas bien les chasseurs !

Quand on a du plaisir à tuer
Il vaut mieux s'attaquer aux bécasses
Le seul risque qui tienne à la chasse
C'est de voir le gibier s'envoler !

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 06:11

Bonne fête aux Vincent.

journee-van-gogh.jpg


On a tous dans la tête
Des corbeaux qui s'envolent
Vers un ciel bleu-marine
Un sentier qui s'arrête
Un nuage qui s'affole
Une fin qu'on devine

On a tous dans la tête
Une sale idée fixe
Dans un café de nuit
Une horloge qui s'arrête
A jamais sur le dix
Un peu après minuit

On a tous une ville
Une ferme une lande
Qui ressemble à Etten
Des amours en exil
Des souvenirs de Hollande
Des passions qui s'éteignent

On a tous dans sa vie
Un lit abandonné
Une chambre fidèle
On a tous eu envie
Un soir d'y retourner
Une nuit sans sommeil

On a tous dans la peau... Un tableau
On a tous dans le sang
La folie d'un moment
On peint tous ses défauts... Au couteau
On a tous dans le sang
Le regard de Vincent

On a tous dans un port
Comme sur le quai d'Anvers
Des bateaux amarrés
On a tous vers le Nord
Eu la peur de l'hiver

Dans un brouillard épais
On a tous une femme
Pliée dans la mémoire
Un modèle aux seins nus
On a chacun ses drames
On se coupe au rasoir
Dans ses portraits déçus

On a tous dans la peau... Un tableau
On a tous dans le sang
La folie d'un moment
On peint tous ses défauts... Au couteau
On a tous dans le sang
Le regard de Vincent

On a tous dans la tête
Des corbeaux qui s'envolent
Vers un ciel bleu-marine
Un sentier qui s'arrête
Un nuage qui s'affole
Une fin qu'on devine

 

 

Partager cet article
Repost0
2 août 2010 1 02 /08 /août /2010 11:10

Bonne fête aux Julien !

Ascenseur pour l'échafaud est le premier long métrage de Louis Malle. Il est sorti en 1958. La musique de Miles Davis est sublime. A écouter et réécouter sans modération.

"Julien Tavernier, ancien para, accomplit le crime parfait en supprimant le mari de sa maîtresse, marchand de canons. Mais, contraint de revenir sur les lieux, il est bloqué dans l’ascenseur par une panne de courant. Sa complice l’attend en vain au café, puis passe la nuit à chercher sa trace…

Louis Malle révèle aussi ses qualités de directeur d’acteurs avec Jeanne Moreau, émouvante, déambulant dans une ville scintillante de lumières, et Maurice Ronet, sobre, convaincant. Le long feulement de trompette improvisé par Miles Davis déchire le film de bout en bout. "

http://www.arte.tv/fr/mouvement-de-cinema/louismalle/1010570.html

Julien dans l'ascenseur est extrait de la BO du film.

 

 

miles_davis.jpg

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2010 7 25 /07 /juillet /2010 10:50

 

saint-jacques-majeur-miracle-coquille.jpg

 

Comme aujourd'hui c'est la Saint Jacques, je vous propose cette chanson d'Anne Sylvestre extraite de son album "Les chemins du vent" paru en 2003.

 

 

 

Qu'est ce qui te pousse
Quelle est la secousse
Qui a décidé pour toi ce chemin
La source vive
Celle qui te motive
A-t-elle jailli d'un seul coup sous ta main
Pour que ta quête
Un jour te projette
Tout seul sac au dos en humble pèlerin
Pour que ton rêve
Aujourd'hui soulève
Autant de poussière en mon pauvre jardin

La route est longue jusqu'à 
Compostelle

Pour qu'on s'y attelle
Faut avoir du cœur
Le temps n'est plus de faire mes bagages
Le pèlerinage
Me fait toujours peur

Bien que je sache

Que rien ne m'attache
(Et) que je pourrais suivre aussi la même voie
C'est dans ma tête
Toujours secrète
Se trace une route où je m'en vais parfois
La marche lente
S'étire et serpente
Je tangue et chemine le long des coteaux
Mais mon voyage
N'est fait que de mirages
O toi pèlerin prête-moi ton manteau

La route est longue jusqu'à 
Compostelle

Pour qu'on s'y attelle
Faut avoir du cœur
Le temps n'est plus de faire mes bagages
Le pèlerinage
Me fait toujours peur

S'il est d'usage

Comme au Moyen-Age
D'envoyer quelqu'un à sa place marcher
Dans tes prières
Sois mon mandataire
De mon catéchisme j'ai tout oublié
Les paysages
Seront mes bagages
Que tu garderas au fond de tes yeux clairs
Sous quelques toiles
A la belle étoile
Tu feras ton lit dans la douceur de l'air
La route est longue jusqu'à Compostelle
Pour qu'on s'y attelle
Faut avoir du cœur
Le temps n'est plus de faire mes bagages
Le pèlerinage
Me fait toujours peur

Sur cette route

Tu feras sans doute
De belles rencontres on te tendra la main
Et dans les gîtes
(Où) parfois on s'abrite
Tu ne seras qu'un parmi d'autres humains
D'un pas tranquille
Villages et villes
Défileront comme grains de chapelet
Si tu trébuches
Ne crains pas les bûches
Cette marche est bien celle que tu voulais

La route est longue jusqu'à 
Compostelle

Pour qu'on s'y attelle
Faut avoir du cœur
Le temps n'est plus de faire mes bagages
Le pèlerinage
Me fait toujours peur

Quand la dernière

Des pluies printanières
Aura baptisé ton voyage fervent
Et quand plus vite
Tes pieds qui méditent
T'auront emmené encore plus loin devant
Va faire escale
(Au)prés des cathédrales
N'oublie pas surtout de bien les saluer
Pour moi qui reste
Sans faire un seul geste
Et qui ne suis qu'une nomade arrêtée

La route est longue jusqu'à 
Compostelle

Pour qu'on s'y attelle
Faut avoir du cœur
Le temps n'est plus de faire mes bagages
Le pèlerinage
Me fait toujours peur

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 05:17

Les habitués de "Ma petite chanson" savent que je m'efforce de souhaiter la fête de mes lecteurs. Il me faut pour cela trouver une chanson qui contient le prénom du saint du jour.

Peut-être connaissez-vous la chanson de Zazie "Tout le monde" ?

Ecoutez et vous comprendrez. 

Il n'y a que Jean-Marie qui ne va pas être content. Pas grave ! . Il ne vous a pas échapper que c'était la sainte Marina (Marine ?) aujourd'hui.



 

Michel, Marie
Djamel, Johnny
Victor, Igor
Mounia, Nastassia

Miguel, Farid
Marcel, David
Keïko, Solal
Antonio, Pascual

Tout le monde il est beau
Tout le monde il est beau

François, Franco
Francesca, Pablo
Thaïs, Elvis
Shantala, Nebilah

Salman, Loan
Peter, Günter
Martine, Kevin
Tatiana, Zorba

Tout le monde il est beau
Tout le monde il est beau

Quitte à faire de la peine à Jean-Marie

Prénom Zazie
Du même pays
Que Sigmund, que Sally
Qu'Alex, et Ali

Tout le monde il est beau
Tout le monde il est beau
Tout le monde il est grand
Assez grand pour tout l'monde

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 10:41

Bonne fête à toutes les Mariette !

Pour illustrer cette fête, une chanson de Gilbert Bécaud "Dis, Mariette !"

2531062


Il n'est pas interdit de rêver. C'est même parfois salutaire.

"L'homme ne pourra jamais cesser de rêver. Le rêve est la nourriture de l'âme comme les aliments sont la nourriture du corps."

Paulo Coelho - Le pélerin de Compostelle

 

 

Une guitare et je m' débine
Une guitare et plus d'usine
Y en a marre, marre, marre !

J' suis pas plus idiot qu'un autre
J'apprendrai à jouer les notes
Y a des gars qui croient en moi
Déjà

Dis, Mariette, tu t' rends compte ?
Dis, Mariette, t'es pas contre au moins ?

L'artistique, c'est un peu comme le reste
Le tout, c'est d'avoir du culot
Surtout, un bon impresario
Mon patron, qu'est un homme gentil, m'a dit
Que si ça n' collait pas pour moi,
Il me reprendrait chez lui

J'avais pas les qualités
Pour faire un bon ouvrier
Y en a marre, marre, oh mais marre !

Et lorsque mon père verra
Mon prénom écrit grand comme ça
Il sera sûrement fier de moi
Pour une fois

Dis, Mariette, tu t' rends compte ?
Dis, Mariette, t'es pas contre au moins ?

Tu verras, on aura la belle vie
Et moi, je serai ton Johnny
Et toi, tu seras ma Sylvie
Sur la scène j'aurai ma formation à moi
Arn, Bobby, Raymond et toi
Toi, tu seras au balcon

Tu t' rends compte, Mariette ?
Ah, ce sera chouette, hein
Ah, ce sera chouette !
Tu sais, ce sera terrible, Mariette
P'tite Mariette, ce sera formidable, je sais
Je serai terrible, Mariette !
Terrible !



Partager cet article
Repost0
27 mai 2010 4 27 /05 /mai /2010 06:30

On connaît Charles Trenet par coeur mais on connaît peut-être un peu moins celui avec qui il chanta en duo durant quelques années : Johny Hess. Né en 1915, pianiste de jazz, il joue dans différents endroits (cafés, bistrots, petites boîtes...).

Un jour, il rencontre un certain Charles Trenet avec qui il forme un duo de 1934 à 1937. Cela donne un ensemble de chansons fort agréables à écouter : "Tout est au duc""Sur le Yang Tsé Kiang""Maman ne vend pas la maison", mais aussi "Rendez-vous sous la pluie" ou encore "Vous qui passez sans me voir". 


302324.jpg

 

      

Augustine ? Augustin ?

Tu viens ?
Oui, donnons-nous la main !

Sur la grand-route, vers midi
Si chaude au milieu du village, 
Fallait voir les garçons hardis
Parler aux filles les moins sages
Il y avait là tout le pays
Toute une jeunesse charmante
Qui allait puiser de l'eau dans le puits
Dans le puits, sous l'arbre qui chante
Ce puits d'où sortira toute la vérité
Des amours d'Augustin, des amours d'Augustine
Ce puits portait en lui quelque fatalité
Car c'est bien là qu'ils se parlèrent, j'imagine
Et disaient-ils des choses osées ?
Oh, non, pas du tout, ils disaient :

Donnez-moi la main, Augustine
Donnez-moi la main, Augustin
Vous êtes ma voisine
Je suis votre voisin
Je suis votre cousine
Et moi votre cousin
J'aime votre beau teint
Vos bottines
Vos cheveux blond platine
Ils sont teints
J' vous aime, Augustine
J' vous aime, Augustin
Augustine, Augustin
La voisine, le voisin
La cousine, le cousin
Les bottines, le beau teint
Quittons ce patelin, Augustine
Oui, partons demain Augustin.
Augustin qu'elle épousera un beau matin

Vers la grand-ville ils sont allés
Augustin travaille comme un phoque
Mais Augustine, dessalée
Fréquente les bars équivoques
Avec un Cubain, certain soir
Elle partit au bal musette
Mal lui en prit car le grand Noir
La traita comme une amusette
Dans un hôtel meublé de la place Clichy
Elle dut faire la noce avec des vieux sans âge
Mais un soir qu'Augustin cherchait dans tout Paris
Il rencontra la fille et le Cubain sauvage
Et, disait-il des choses, vexé ?
Oh, non, pas du tout, il disait :

Je te retrouve enfin, Augustine
Je te retrouve enfin, Augustin
Tu n'es qu'une gamine
Oh mon cher gamin
Tu es sa concubine ?
C'est mon concubin
Mon petit coquin
Ma coquine
Tu n'as pas bonne mine
Je n'ai pas eu bonne main
Je t'aime, Augustine
Je t'aime, Augustin
Augustine, Augustin
La gamine, le gamin
Concubine du Cubain
La coquine, le coquin
La bonne mine, la bonne main
Et c'est depuis ce jour qu'Augustine
Aima pour toujours Augustin
Qu'elle épousa un beau matin

Partager cet article
Repost0
19 mai 2010 3 19 /05 /mai /2010 06:04

Bonne fête Yves !

 

Issu du germanique iv, l'if, que l'on retrouve dans le breton ivo, ce nom évoque l'archer du haut Moyen Âge, dont l'arme redoutable était faite de ce bois résistant et flexible. 

 

Peu présent dans les chansons, ce prénom est ici associé à celui d'Adam par Zazie.

 

ls ont commis le péché original
Ils n'auront pas d'héritiers
Mais quel amour est idéal ?
Qui est normal ?
Ils vont de fêtes en défaites
Glamour toujours
Pourtant la guerre, ils l'ont faite
Pour oser s'aimer au grand jour
S'aimer d'amour

Pour Adam et Yves
Et ceux de l'autre rive
Cette chanson humaine
Loin d'Eden
Ce sont des choses qui arrivent
Pour Adam et Yves
Mon amitié particulière
Pour qu'après les dérives
Après l'enfer
Au paradis ils arrivent
Adam et Yves

Pour ceux qui n'ont pas choisi
Leur différence
Verlaine, Rimbaud mais aussi
Ces amis dont je pleure l'absence
Jean Pierre et Frantz

Et pour Adam et Yves
Et toi sur l'autre rive
Cette chanson humaine
Loin d'éden
Ce sont des choses qui arrivent
Pour Adam et Yves
Mon amitié particulière
Pour qu'après les dérives
Après l'enfer
Au paradis arrivent
Adam et Yves

Extrait de l'album "La zizanie" (2001.

la-zizanie.jpg

Partager cet article
Repost0
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 11:14

Du spectacle vivant aujourd'hui ! Le groupe Karpatt  nous parle d'Achille. Et tout cela dans la bonne humeur.


Bonne fête aux Achille !

 

 


Achille était catcheur,
Une force de la nature,
Une montagne de muscles,
De muscles et de tendons.
Il avait sur le torse,
En guise d'encolure,
Une guirlande tatouée
Avec les lettres d'un prénom.
Une guirlande tatouée
Avec les lettres d'un prénom.

Nul ne savait de qui

Il pouvait bien s'agir.
Personne Ô grand jamais
N'abordait le sujet
Car tout le monde savait
Qu'il n'y avait rien de pire
Pour énerver Achille
Que de reluquer son collier (bis)

Les femmes se battaient

Devant sa caravane
A celle qui aurait
Les faveurs d'une nuit.
A celle qui saurait
User de tant de charmes
Pour percer son secret
Une fois endormi.

Mais Achille était fort,

Il en prenait des louches
De ces Esmeraldas
Prétentieuses en fait
Qui finissaient la nuit
Empaquées sous sa couche
Le corps fourbu, l'anus brûlant
Et le sourire niais. (bis)

Elles rêvaient chacune

D'être cet épitaphe
Gravé sur le colosse
Qui ne les regardait pas
Il écoutait Mozart
Quand ces furies en masse
Se ruaient gueule ouverte
En l'appelant "Papa". (bis)

Achille est mort hier

Et j'ai ouvert la lettre
Qu'il m'avait adressée
En tant que croquemort:
"Je n'ai nul descendant
Et rien à dire au prêtre,
Rien à dire à ces femmes
Qui vont pleurer ma mort

Monsieur qui me verrez

Sous la moindre couture,
Vous qui allez déchiffrer,
Tel un Champollion,
Ce que toute ma vie
Mes maîtresses ne surent,
J'en appelle au secret
De votre profession. (bis)

Veuillez garder pour vous

Ce que vous allez lire.
Je serais au regret
Si vous ne le faisiez
De venir avec soin
Hanter vos nuits à venir.
Soyez muet comme ma tombe
Et je vous laisserai en paix". (bis)

Désormais les donzelles

Viennent me visiter
Dans ma petite cabane
A l'entrée du cimetière.
Elles essaient de me tirer
Tirer les vers du nez.
Je leur accorde alors
Des confidences particulières.

Si vous écoutez la chanson,

Je suis vraiment désolé.
Je sais effectivement
Ce que disait le tatouage.
Mais je me garderai
Bien de révéler
La vraie sexualité
Du défunt personnage. (bis)

dans-le-caillou.jpg
Partager cet article
Repost0
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 15:55
Bonne fête aux Léa !

Et ce sera l'occasion de faire entrer Louise Attaque sur ce blog. 



Léa 
Elle est pas terroriste, elle est pas anti-terroriste 
Elle est pas intégriste, elle est pas seule sur terre 
Elle est pas commode, non elle est pas comme Aude 
Elle est pas froide, elle est pas chaude pour nu réaliste 
Elle est pas créditeur 
Elle est pas méchante, mais putain qu’est ce qu’elle est chiante 

Léa 
Elle est pas intérimaire, elle est pas comme ma mère 
Elle est passagère, elle est pacifiste, 
Elle est pas d’accord, elle est passionnée 
Elle est pas fute fute, elle est pathétique, elle aime pas tous mes tics 
Elle est pas solitaire, elle est pas solidaire, elle est paresseuse 
Elle est pas réciproque, elle est pas en cloque 
Elle est pas d’la region PACA, oh elle a qu’à s’envoler 

Léa, 
Elle est parisienne, elle est pas présentable, elle est pas jolie, 
Elle est pas moche non plus, elle est pas à gauche, elle est pas à droite, 
elle est pas maladroite 

Léa 
Elle est pas terroriste, elle est pas anti-terroriste 
Elle est pas jolie, elle est pas moche non plus 
Elle est pas toujours drôle, elle est pas libre 
Elle est pas tentée, elle est paternaliste 
Elle est pas inspirée, elle est patiente 
Elle est pasticheuse elle est pas cible, elle fait pas la politique 

Léa, 
Elle est parisienne, elle est pas présentable, elle est pas jolie, 
Elle est pas moche non plus, elle est pas à gauche, elle est pas à droite, 
elle est pas maladroite 

Elle a pas volé, les passing-shots, elle est passe-temps, elle est passable 
Elle est pas stable, elle est pas partout 
Elle dit qu’elle partira ou elle est même pas venue 
Elle est partisane, elle est pas pas pas sortable 
Et ça j’vous l’ai pas pas déjà dit 
Qu’elle est parisienne, elle est parisienne 
Elle est pas terroriste, elle est pas terroriste 

Léa, elle est parisienne, elle est pas présentable, elle est pas jolie, 
Elle est pas moche non plus, elle est pas à gauche, elle est pas à droite, 
Elle est pas maladroite. 
Partager cet article
Repost0