Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bonjour !

  • : Ma p'tite chanson
  • Ma p'tite chanson
  • : La chanson fait partie de notre vie. Elle accompagne notre quotidien, nos joies, nos peines... Peut-être apprendrez-vous quelque chose en parcourant ce blog. J'attends vos commentaires pour découvrir certains aspects de la chanson que je ne connais pas. A bientôt !
  • Contact

Osez !

En vous inscrivant à la newsletter, vous ne courez qu'un risque : celui d'être informé dès la parution d'un nouvel article !

C'est Où ?

Télérama - Musique

4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 16:20
Le fusil Lebel était doté d'une épée baïonnette, familièrement appelé Rosalie.

Le fusil Lebel était doté d'une épée baïonnette, familièrement appelé Rosalie.

Souvent, les guerriers, les soldats, ont donné des noms à leurs armes. On se souvient de Durandal, l'épée mythique du chevalier Roland, Charlotte, le canon de 75, sans oublier la grosse Bertha...

Avant d'écouter la chanson de Théodore Botrel, je vous propose de lire cette prière, pastiche du "Je vous salue Marie !"

 

AVE MARIA d'un poilu à sa baïonnette

Je vous salue, Rosalie, pleine de charmes
La victoire est avec vous,
vous êtes bénie entre toutes les armes
que votre pointe qui fouille les entrailles des boches soit bénie!
Sainte Rosalie, Mère de la Victoire
Priez pour nous pauvres soldats,
Maintenant et à l'heure de la revanche
Ainsi soit-il !

 

C'était la guerre dans toute sa cruauté ! Mais pourquoi utiliser le temps passé ! Hélas !

Rosalie !

Rosalie, c'est ton histoire
Que nous chantons à ta gloire
Verse à boire !

Tout en vidant nos bidons
Buvons donc !

Rosalie est si jolie
Que les galants d' Rosalie
Verse à boire !
Sont au moins deux, trois millions
Buvons donc !

La polka dont elle se charge
S'exécute au pas de charge
Verse à boire !
Avec tambours et clairons
Buvons donc !

Au mitan de la bataille
Elle perce et pique et taille
Verse à boire !
Pare en tête et pointe à fond
Buvons donc !

Et faut voir la débandade
Des mecs de Lembourg et d' Bade
Verse à boire !
Des Bavarois, des Saxons
Buvons donc !

Rosalie les cloue en plaine
Ils l'ont eue, déjà, dans l'aine
Verse à boire !
Dans l' rein, bientôt, ils l'auront
Buvons donc !

Toute blanche, elle est partie
Mais, à la fin d' la partie,
Verse à boire !
Elle est couleur vermillon
Buvons donc !

Sois sans peur et sans reproches
Et, du sang impur des Boches,
Verse à boire !
Abreuve encor nos sillons !
Buvons donc !

 

Bonne fête, cependant, à toutes les Rosalie ! J'en connais de moins redoutables !

Rosalie !
Repost 0
3 septembre 2015 4 03 /09 /septembre /2015 10:34

3 septembre : saint Grégoire

Un peu d'histoire de la musique

Pendant le premier millénaire la musique sera essentiellement monodique (une seule voix).
Du 1er au 9ème siècle, elle est influencée par l'art des juifs de Jérusalem.

Dans la musique religieuse, les psaumes et les hymnes, dont la bible fournit le texte, constituent le répertoire liturgique. Ils sont chantés par une voix seule pour le psaume, par le choeur des fidèles pour les hymnes.

L'abondance d'oeuvres, de valeur religieuse et musicale parfois discutable, la diversité d'églises (grecque, latine, espagnole...) oblige les pontifes romains à une réforme et à une codification des chants liturgiques.

C'est au pape Grégoire le Grand, en 590 après J-C, que nous devons cette réforme définitive des chants liturgiques. De cette réforme naîtra  le chant Grégorien, qu'on appelle aussi " plain-chant" le style le plus pur du chant catholique, le terme "plain" ou " planus", désignant un chant à voix égales, de mouvement uniforme, sans qu'aucune voix ne se détache par une émission plus puissante ou plus élevée.

Source : http://www.coindumusicien.com/Lecoin/moyen.htm

Le pape Grégoire est souvent représenté avec la colombe du Saint Esprit qui semble lui sussurer des conseils à l'oreille.

Le pape Grégoire est souvent représenté avec la colombe du Saint Esprit qui semble lui sussurer des conseils à l'oreille.

Que c'est beau et reposant cette caresse de l'esprit qu'est le chant grégorien !

Il faut absolument que je prévoie une retraite dans une abbaye où on le chante.

Repost 0
14 juillet 2015 2 14 /07 /juillet /2015 09:04
La fête de la Fédération le 14 juillet 1790.

La fête de la Fédération le 14 juillet 1790.

Mais, au fait, que célèbre-t-on le 14 juillet ?

Le 6 juillet 1880, la proposition de loi pour adopter le 14 juillet comme Jour de Fête nationale annuelle est promulguée. Le texte de loi ne mentionne aucune année de référence. S'agit-il du 14 juillet 1789, date de la prise de la Bastille, ou du 14 juillet 1790, date de la Fête de la Fédération?

Apparemment, il s'agirait plutôt du 14 juillet 1790, les manifestations de 1789 ayant été jugées trop sanglantes aux parlementaires.

Ce tableau de Monet intitulé La rue Montorgueil est souvent vu comme une célébration du 14juilet. En réalité, il a été peint le 30 juin 1878 à l'occasion de la fête célébrant "la paix et le travail", décrétée cette année-là par le gouvernement. Ce n'est que deux ans plus tard en 1880, que le 14 juillet devient fête nationale.

Ce tableau de Monet intitulé La rue Montorgueil est souvent vu comme une célébration du 14juilet. En réalité, il a été peint le 30 juin 1878 à l'occasion de la fête célébrant "la paix et le travail", décrétée cette année-là par le gouvernement. Ce n'est que deux ans plus tard en 1880, que le 14 juillet devient fête nationale.

Il me vient par la fenêtre
Des musiques de la rue.
Chaque estrade a son orchestre.
Chaque bal a sa cohue.
Ces gens-là m'ont pris ma fête.
Je ne la reconnais plus.

Dans ma chambre, je me chante
L'air que nous avons valsé.
Je regarde la toquarde
Où tes doigts se sont posés.

Tu m'as dit : "Tu es si belle."
Et tu as, l'instant d'après,
Ajouté : "La vie est bête.".
J'ai compris que tu partais.
Si tu ne reviens jamais,
Il n'y aura plus de quatorze juillet.

Il me vient par la fenêtre
Un murmure qui s'éteint,
Les chansons d'une jeunesse
Attardée dans le matin.
N'allez pas troubler mon rêve.
Allez rire un peu plus loin.

Que m'apporte, que m'apporte
Cette joie de quelques heures ?
Je suis morte, je suis morte
Et je t'ai déjà rejoint
Et mon corps est près du tien
Mais personne n'en sait rien...

Repost 0
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 13:04

Hier soir, j'ai pu voir le spectacle de Pie Tshibanda "Un fou noir au pays des Blancs".

Je vous propose la fin du spectacle ! En tout cas, si vous avez l'occasion de voir ce "Monsieur", n'hésitez pas ! Vous en ressortirez certainement différent !

Pour l'occasion, j'ai chanté en Tshiluba... c'était pour la bonne cause. L'enjeu était de taille !



Vous pouvez voir beaucoup d'extraits du spectacle en faisant une recherche sur Pie Tshibanda - Un fou noir au pays des Blancs.
Repost 0
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 17:30

Le théâtre d'ombres était une des attractions du cabaret montmartrois Le Chat Noir.

 

marche.jpg

De quoi s'agissait-il ?
Le théâtre d'ombres consiste à projeter sur un écran des ombres produites par des silhouettes que l'on interpose dans le faisceau lumineux qui éclaire l'écran.

Il a des origines très anciennes  et la tradition fait de la Chine son lieu de naissance (ombres chinoises).

Il y avait un théâtre d'ombres à Versailles pour distraire le Roi.

Il connut un grand succès au Chat Noir avec des artistes comme Henri Rivière et Caran d'Ache.
De véritables petits chefs-d'œuvre furent donnés comme La Tentation de Saint-Antoine ou La Marche à l'Étoile d'Henri Rivière, L'Épopée de Caran d'Ache.

Ces renseignements proviennent de l'article de Wikipédia sur le théâtre d'ombres.

Il faut également visiter le site consacré au théâtre d'ombres du Chat Noir. 


l-epopee-Caran-d-Ache-1.jpg

 

troiscavcote.jpg


Repost 0
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 12:35

230px-Cathedral of Amiens front

Amiens

Une petite escapade en fin de semaine me conduira dans la région du Nord où je visiterai les cathédrales d'Amiens et de Beauvais. Une occasion deréécouter cette belle chanson d'Anne Sylvestre. Il est vrai que dans ces lieux magiques  l'imagination peut prendre les chemins les plus fous... et ne s'en prive pas. 

220px-Gargouilles Amiens oiseaux

Amiens

 

 

 


 

Ô bâtisseur de cathédrales
D'il y a tellement d'années
Tu créais avec des étoiles
Des vitraux hallucinés

Flammes vives
Tes ogives
S'envolaient au ciel léger
Et j'écoute
Sous tes voûtes
L'écho de pas inchangés

Mais toujours à tes côtés
Un gars à la tête un peu folle
N'arrêtait pas de chanter
En jouant sur sa mandole

 beauvais-013a.jpg

Beauvais

Sans le chant des troubadours
N'aurions point de cathédrales
Dans leurs cryptes, sur leurs dalles
On l'entend sonner toujours

Combien de fous, combien de sages
Ont donné leur sang, leur cœur
Pour élever devers les nuages
Une maison de splendeur

Dans la pierre
Leurs prières
Comme autant de mains levées
Ont fait chapelle
Plus belle
Que l'on ait jamais rêvée

 170px-Amiens Portail Christ détail

Le jongleur à deux genoux
A bercé de sa complainte
Les gisants à l'air très doux
Une épée dans leurs mains jointes

Toi qui jonglais avec les étoiles
Ô bâtisseur de beauté
Ô bâtisseur de cathédrales
Oh puissions-nous t'imiter !

Mille roses
Sont écloses
Au cœur des plus beaux vitraux
Mille encore
Vont éclore
Si nous ne tardons pas trop

Et si nous avions perdu
Nos jongleurs et nos poètes
D'autres nous seraient rendus
Rien qu'en élevant la tête

180px-Picardie Beauvais2 tango7174

Beauvais

Repost 0
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 08:57

Voilà un nom qui m'a toujours amusé. Quelle trouvaille !

Au fait, qui est Mimi Pinson ?

En ce qui me concerne, c'est Georges Brassens qui me l'a "présentée" au travers de ces deux chansons.


"Honte à cet effronté qui peut chanter pendant
Que Rome brûle, elle brûle tout le temps
Honte à qui malgré tout fredonne des chansons
A Gavroche, à Mimi Pinson."

(Honte à qui peut chanter)

 

"Quand mon âme aura pris son vol à l'horizon

Vers celles de Gavroche et de Mimi Pinson 

Celles des Titis des Grisettes..."

(Supplique pour être enterré à Sète)

Grisette : Jeune fille de petite condition, coquette et galante, ainsi nommée parce qu'autrefois les filles de petite condition portaient de la grisette (Etoffe grise de peu de valeur).

Définition du Littré

 

mimi-pinson-dalfred-musset-L-8.jpeg

La maison de Mimi Pinson par Utrillo


Mimi Pinson est le titre d'un conte, d'une opérette et d'un film français.

 

À l'origine, Mimi Pinson, profil de grisette est un conte d'Alfred de Musset, paru dans Le Diable à Paris, qui a inspiré plusieurs œuvres, dont La Cocarde de Mimi-Pinson, une opérette en 3 actes (1915) avec un livret de Maurice Ordonneau et Francis Gally et une musique de Henri Goublier fils. Un film français est réalisé par Robert Darène en 1958.

A cette adresse vous pourrez lire le texte intégral du conte dans lequel on trouve la chanson de Mimi Pinson.

 

http://www.inlibroveritas.net/lire/oeuvre13872.html#page_toc

 

 

Mimi Pinson est une blonde,
Une blonde que l'on connaît.
Elle n'a qu'une robe au monde,
Landerirette !
Et qu'un bonnet.
Le Grand Turc en a davantage.
Dieu voulut de cette façon
La rendre sage.
On ne peut pas la mettre en gage,
La robe de Mimi Pinson.

Mimi Pinson porte une rose,
Une rose blanche au côté.
Cette fleur dans son coeur éclose,
Landerirette !
C'est la gaieté.
Quand un bon souper la réveille,
Elle fait sortir la chanson
De la bouteille.
Parfois il penche sur l'oreille,
Le bonnet de Mimi Pinson.

Elle a les yeux et la main prestes.
Les carabins, matin et soir,
Usent les manches de leurs vestes,
Landerirette !
A son comptoir.
Quoique sans maltraiter personne,
Mimi leur fait mieux la leçon
Qu'à la Sorbonne.
Il ne faut pas qu'on la chiffonne,
La robe de Mimi Pinson.

Mimi Pinson peut rester fille,
Si Dieu le veut, c'est dans son droit.
Elle aura toujours son aiguille,
Landerirette !
Au bout du doigt.
Pour entreprendre sa conquête,
Ce n'est pas tout qu'un beau garçon :
Faut être honnête ;
Car il n'est pas loin de sa tête,
Le bonnet de Mimi Pinson.

D'un gros bouquet de fleurs d'orange
Si l'amour veut la couronner,
Elle a quelque chose en échange,
Landerirette !
A lui donner.
Ce n'est pas, on se l'imagine,
Un manteau sur un écusson
Fourré d'hermine ;
C'est l'étui d'une perle fine,
La robe de Mimi Pinson.

Mimi n'a pas l'âme vulgaire,
Mais son coeur est républicain :
Aux trois jours elle a fait la guerre,
Landerirette !
En casaquin.
A défaut d'une hallebarde,
On l'a vue avec son poinçon
Monter la garde.
Heureux qui mettra sa cocarde
Au bonnet de Mimi Pinson !

 

 

mimi_pinson.jpg

 

mimi_pinson01.jpg

 

mimi_pinson02.jpg

Repost 0
14 juillet 2011 4 14 /07 /juillet /2011 11:19

      Une chanson peu connue de Jacques Brel pour illustrer le 14 juillet.

Une chanson qui peut "faire débat".



Jacques Brel - La Bastille par bensalhamahmoud19

 

Mon ami, qui crois que tout doit changer
Crois-tu le droit d'aller tuer les bourgeois
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre
Dans le creux des rues pour monter au pouvoir
Si tu crois encore au rêve du grand soir
Et que nos ennemis, il faut aller les pendre

Dis-le toi désormais
Même s'il est sincère
Aucun rêve jamais
Ne mérite une guerre
On a détruit la Bastille
Et ça n'a rien arrangé
On a détruit la Bastille
Quand il fallait nous aimer

Mon ami, qui crois, que rien ne doit changer
Te crois-tu le droit de vivre et de penser en bourgeois
Si tu crois encore qu'il nous faut défendre
Un bonheur acquis au prix d'autres bonheurs
Si tu crois encore que c'est parce qu'ils ont tort
Que les gens te saluent plutôt que de te pendre

Dis-le toi désormais
Même s'il est sincère
Aucun rêve jamais
Ne mérite une guerre
On a détruit la Bastille
Et ça n'a rien arrangé
On a détruit la Bastille
Quand il fallait nous aimer

Mon ami, je crois que tout peut s'arranger
Sans cris sans effroi même sans insulter les bourgeois
L'avenir dépend des révolutionnaires
Mais se moque bien des petits révoltés
L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre
Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner

Hâtons-nous d'espérer
Marchons aux lendemains
Tendons une main
Qui ne soit pas fermée
On a détruit la Bastille
Et ça n'a rien arrangé
On a détruit la Bastille
Ne pourrait-on pas s'aimer

Repost 0
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 16:43

Amalia, une "amie de chanson", vient de nous faire parvenir cette version de Nina Simone de la chanson "Il n'y a pas d'amour heureux" (poème de Louis Aragon). Désolé, Amalia, mais je ne supporte pas cette introduction, style "Petite maison dans la prairie", grands espaces... Même si j'ai beaucoup de respect et d'admiration pour cette chanteuse.

Pour l'occasion, je vous ai préparé une playlist de cette chanson dans des registres un peu différents. Ecoutez bien la version de James Ollivier : c'est celle que je préfère. Il est vrai que je suis en train de travailler l'intro (Philippe, je te la joue mercredi ! ).



 

Il n'y a pas d'amour heureux est un poème de Louis Aragon, paru en 1946. Il y exprime sa conception de l'amour comme un absolu inaccessible. Il y fait également de nombreuses références à la Résistance, notamment dans la dernière strophe.

Ce poème a été mis en musique (excepté la dernière strophe) par Georges Brassens sur une mélodie identique à celle de la Prière (Francis Jammes). On peut recenser une soixantaine d'artistes ayant mis cette chanson à leur répertoire. 

 

 

Rien n'est jamais acquis à l'homme, ni sa force 
Ni sa faiblesse, ni son coeur. Et quand il croit 
Ouvrir ses bras, son ombre est celle d'une croix 
Et quand il croit serrer son bonheur, il le broie 
Sa vie est un étrange et douloureux divorce 

Il n'y a pas d'amour heureux

 

Sa vie, elle ressemble à ces soldats sans armes 
Qu'on avait habillés pour un autre destin 
A quoi peut leur servir de se lever matin 
Eux qui 'on retrouve au soir désoeuvrés incertains
Dites ces mots " Ma vie " et retenez vos larmes 

Il n'y a pas d'amour heureux

 

Mon bel amour, mon cher amour, ma déchirure 
Je te porte dans moi comme un oiseau blessé 
Et ceux-là sans savoir nous regardent passer
Répétant après moi les mots que j'ai tressés 
Et qui, pour tes grands yeux, tout aussitôt moururent

Il n'y a pas d'amour heureux

 

Le temps d'apprendre à vivre il est déjà trop tard 
Que pleurent dans la nuit nos coeurs à l'unisson 
Ce qu'il faut de malheur pour la moindre chanson 
Ce qu'il faut de regrets pour payer un frisson 
Ce qu'il faut de sanglots pour un air de guitare 

Il n'y a pas d'amour heureux

 

Il n'y a pas d'amour qui ne soit à douleur 
Il n'y a pas d'amour dont on ne soit meurtri 
Il n'y a pas d'amour dont on ne soit flétri 
Et pas plus que de toi l'amour de la patrie 
Il n'y a pas d'amour qui ne vive de pleurs

Il n'y a pas d'amour heureux 
Mais c'est notre amour à tous deux

 


Repost 0
29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 20:15

La veuve est le nom donné à la guillotine.

C'est aussi une chanson de Jules Jouy (1880) sur une musique de Pierre Larrieu (1924).

Jules Jouy était obsédé par les exécutions capitales que l'on offrait en spectacle au public.

Ce poème fut mis en musique à l'intention de Damia.

damia_dedicace.jpg

 

Elle l'interprétait les bras recouverts de gants rouges éclairés par des projecteurs qu'elle fut la première à utiliser ainsi sur scène.

Guillotine1981-1.JPG

 

Luxembourg.JPG

 

 

La veuve, auprès d'une prison,
Dans un hangar sombre demeure.
Elle ne sort de sa maison
Que lorsqu'il faut qu'un bandit meure.
Dans sa voiture de gala
Qu'accompagne la populace
Elle se rend, non loin de là,
Et, triste, descend sur la place.

Avec des airs d'enterrement,
Qu'il gèle, qu'il vente ou qu'il pleuve,
Elle s'habille lentement,
La veuve.

Les témoins, le prêtre et la loi
Voyez, tout est prêt pour la noce ;
Chaque objet trouve son emploi ;
Ce fourgon noir, c'est le carrosse.
Tous les accessoires y sont :
Les deux chevaux pour le voyage
Et le grand panier plein de son :
La corbeille de mariage

Alors, tendant ses longs bras roux,
Bichonnée, ayant fait peau neuve,
Elle attend son nouvel époux,
La veuve.

Voici venir le prétendu
Sous le porche de la Roquette.
Appelant le mâle attendu,
La veuve, à lui s'offre, coquette .
Tandis que la foule autour d'eux,
Regarde frissonnante et pâle,
Dans un accouplement hideux,
L'homme crache son dernier râle.

Car ses amants, claquant du bec,
Tués dès la première épreuve
Ne couchent qu'une fois avec
La veuve.

Tranquille, sous l'oeil du badaud,
Comme, en son boudoir, une fille,
La veuve se lave à grande eau
Se dévêt et se démaquille.
Impassible, au milieu des cris,
Elle retourne dans son bouge,
De ses innombrables maris
Elle porte le deuil en rouge.

Dans sa voiture se hissant,
Goule horrible que l'homme abreuve,
Elle rentre cuver son sang,
La veuve.

Je viens de m'apercevoir que ce n'est pas la première fois que je vous parle de la veuve. Bizarre ! Je dois avoir un problème. Il va falloir que je surveille cela.

Repost 0